Charles Dinh Stéphanie Harvey lors du lancement du Mondial des Jeux Loto-Québec mardi.

Dans le cadre du tout nouveau Mondial des Jeux Loto-Québec, Montréal recevra pour la première fois les qualifications nord-américaines du tournoi international de jeux vidéo Electronic Sports World Cup. Stéphanie Harvey, porte-parole de la compétition, quadruple championne du monde de l’un de ses volets et conceptrice chez Ubisoft Montréal, a expliqué à Métro pourquoi il était bien temps que cette compétition arrive dans la métropole.

Comment se fait-il que Montréal reçoive une compétition de cette envergure pour la première fois?
Au-dessus de 60 compagnies de jeux vidéo sont installées à Montréal. L’industrie est donc très bien développée. Par contre, il y a un gros vide en termes de compétition. Je ne comprends pas comment Montréal peut être une aussi grosse ville de jeux vidéo et ne pas avoir de compétition. Alors qu’on a tant d’acteurs de l’industrie, tellement une belle ville, tellement de joueurs potentiels. Le Mondial va être une belle occasion de faire connaître ce marché.

Qu’est-ce que ça apporterait à Montréal d’accueillir plus de compétitions de jeux vidéo?
Les joueurs professionnels sont des superstars en ligne. Si ces joueurs viennent ici, jouent à des jeux de Montréal et en parlent sur l’internet, ces jeux vont se vendre davantage. Ça permettrait peut-être de développer des collaborations entre l’industrie et les joueurs pour créer des nouveaux jeux. Chez Ubisoft, par exemple, on a lancé un jeu pour lequel une compétition du genre serait bénéfique.

Y a-t-il beaucoup de bons joueurs à Montréal?
Oui, quand même. Par exemple, l’un des grands joueurs de Call of Duty au monde vient de Montréal. Il y a moi au niveau du compétitif féminin en Counter-Strike. On a aussi beaucoup de joueurs de Counter-Strike qui sont commandités et qui font ça à temps plein.  C’est juste qu’on en n’entend pas parler parce que c’est encore méconnu ici. Dans certains pays, en particulier en Asie, les joueurs sont des superstars.

Qu’est-ce qui fait que c’est plus populaire ailleurs dans le monde?
Il y a quatre chaînes de télévision spécialisées sur les jeux vidéo en Corée, une en France, mais aucune au Québec. En Suède, Coca-Cola commandite des équipes, qui ont leurs noms inscrits sur des bouteilles. MacDonald’s a un burger au nom d’une équipe compétitive de Counter-Strike. Au Québec, on n’est pas encore prêt à faire ce pont-là, mais on est l’une des sociétés les plus proches de ça en Amérique du Nord à cause de toute notre industrie du jeu vidéo. Les préjugés sont beaucoup moins présents. On est peut-être prêt à constater que certains joueurs québécois sont des célébrités mondiales, et qu’il serait bien de les promouvoir localement par des commandites, de la publicité et de la couverture de presse.

La compétition de jeux vidéo peut être très sérieuse et peut être considérée comme un sport. Quel est le parallèle?
La compétition de jeux vidéo correspond selon moi à la définition d’un sport, sans l’effort physique. Je perds du poids dans les tournois, tellement je suis stressée, concentrée et tendue durant des heures. Je surveille aussi mon sommeil et ma diète, exactement comme lors d’une compétition sportive. Je m’entraîne 40 heures par semaine avant les gros tournois, sinon c’est plus 20 heures par semaine. Il faut d’ailleurs que je m’entraîne physiquement si je ne veux pas avoir mal au dos ou avoir des tendinites.

Un nouveau festival
Le Mondial des Jeux Loto-Québec se tiendra du 12 au 26 juillet au Quartier des spectacles dans le cadre du Festival Juste pour rire.

  • Il s’agit d’un festival entièrement dédié aux jeux, que ce soit des jeux vidéo, des jeux de tables ou d’autres déclinaisons du jeu.
  • Une programmation gratuite se déroulera à l’extérieur sur le boulevard de Maisonneuve et dans un Salon de Jeux à l’intérieur du Complexe Desjardins.

 

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus