Vision Montréal et le Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ) dénoncent le délai de cinq ans annoncé par l’administration Tremblay pour rendre les terrasses accessibles aux personnes handicapées à Montréal.

«Cinq ans pour seulement sensibiliser les commerçants à rendre les terrasses et contre-terrasses existantes universellement accessibles est décevant alors qu’il est possible d’y parvenir en un an», a affirmé la chef de l’opposition officielle par communiqué mardi, Louise Harel.

Aussi dans Montréal:

blog comments powered by Disqus