Getty Images

Pour venir à bout de la tyrannie du paraître et de l’image corporelle, des initiatives ont été saluées lundi à Montréal, lors de la deuxième édition du prix IMAGE/in.

«Notre message est clair : les jeunes en ont assez de voir toujours la même image, a dénoncé Fannie Dagenais, directrice de l’organisme ÉquiLibre et organisatrice du prix IMAGE/in. Ces jeunes ont besoin de diversité et nos actions sont là pour leur permettre de le dire.»

Plus de 60 % des adolescents québécois sont insatisfaits de leur image corporelle, selon une enquête de Santé Québec présentée par ÉquiLibre. IMAGE/in souhaite aider les jeunes à se réapproprier une saine image d’eux même et félicite les entreprises québécoises qui œuvrent en faveur d’une représentation diversifiée du corps dans la mode, les médias et la publicité.

Le prix a été attribué cette année à Louise Daoust, fondatrice de la marque de maillots de bain sur mesure Lili-les-bains. Son entreprise s’engage à ne pas retravailler les photos de son catalogue et à habiller toutes les femmes, quelle que soit leur corpulence et leurs tailles. «Si on écoute ceux qui font la mode, une femme doit avoir l’air d’un gars de 17 ans avec un peu de seins pour être belle, a déploré Mme Daoust. La vérité, c’est qu’on n’est pas toutes faites dans le même moule et c’est ce qui nous rend unique.»

La ministre de la Culture et de la Condition féminine Christine Saint-Pierre a félicité toutes ces initiatives et a remercié les 22 000 Québécois qui ont signé la Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée. «La génération actuelle est particulièrement touchée par les images qu’on nous présente dans les médias et il faut que ces images changent, a affirmé Christine Saint-Pierre. Nous voulons de la diversité.»

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!