Chantal Lévesque/monscoop@journalmetro.com

MONTREAL – C’est dans une ambiance de fête que se déroule samedi à Montréal la 14e marche annuelle pour la légalisation de la marijuana.

L’événement est organisé dans une centaines de villes dans le monde, dont à Montréal et Toronto.

Dans la métropole québécoise, les marcheurs ont rendez-vous à 13h00 au Carré Saint-Louis. Ils se rendront jusqu’à l’intersection des rues Rachel et St-Laurent où un grand spectacle les attend entre 15h00 et 18h00.

Le directeur de la Fondation marijuana et du Centre compassion de Montréal, Marc-Boris St-Maurice, profite de l’événement pour dénoncer les peines de prison minimales obligatoires adoptées par le gouvernement Harper pour la possession de cannabis. M. St-Maurice estime qu’il s’agit «d’un pas en arrière» et que ce n’est pas en traitant les gens comme des criminels qu’on va arriver à aider ceux qui ont un grave problème de consommation.

Il ne voit pas pourquoi les «consommateurs responsables de marijuana» devraient être pénalisés de la sorte. D’autant plus que, selon lui, l’usage de ces peines minimales chez non voisins du sud n’ont rien fait pour freiner l’usage de cette drogue aux États-Unis.

M. St-Maurice plaide non seulement pour la légalisation de la marijuana, mais aussi que le produit soit réglementé, avec des taxes et de l’étiquetage, comme c’est le cas pour l’industrie du tabac.

Il lance aussi une mise en garde puisque la légalisation de ce produit ne veut pas dire qu’il faut nécessairement en faire la promotion. Il dresse le parallèle avec ce qui se fait déjà avec les cigarettes et les produits du tabac.

Enfin, Marc-Boris St-Maurice compare la marche mondiale pour la légalisation de la marijuana au défilé de la fierté gai puisque les consommateurs de cannabis devraient avoir le droit, selon lui, de s’afficher ouvertement et sans aucune honte. D’ailleurs, il s’attend à ce que plusieurs participants profitent de l’événement de la journée pour faire un geste de désobéissance civile en fumant un joint ouvertement sur la rue.

Aussi dans Montréal:

blog comments powered by Disqus