EXCLUSIF logoLes citoyens pourront consulter gratuitement les avocats d’une clinique juridique qui s’installera entre les murs de la station de métro Berri-UQAM pour les cinq prochains lundis.

Une initiative de la Clinique juridique Juripop, le kiosque mettra entre 3 et 5 avocats, ainsi qu’un notaire, à la disposition de personnes aux prises avec diverses formes de problèmes juridiques.

Dans ces consultations d’une quinzaine de minutes, les juristes bénévoles pourront répondre à des questions ponctuelles et recommander les personnes aux instances adéquates, si nécessaire. Le service couvrira plusieurs domaines de droit et répondra, par exemple, à des questions sur les pensions alimentaires, la famille, l’immigration ou le droit du logement. «Quelqu’un peut se demander: “Mon propriétaire refuse de réparer ma douche. Qu’est-ce que je fais?” Notre avocat lui expliquera alors les tenants et aboutissants du droit du logement qui concerne cette question», donne en exemple Julien David-Pelletier, directeur exécutif de la Clinique juridique Juripop. La présence d’un notaire ajoutera également une expertise touchant notamment les testaments, la succession, l’achat et la vente de maison.

M. David-Pelletier souhaite surtout rejoindre une «clientèle marginale» qui autrement n’aurait pas les moyens de consulter un avocat. «Les itinérants, par exemple, sont souvent aux prises avec des problèmes de constants d’infraction impayés. On pourra les référer à des programmes de la Ville pour les aider à déjudiciariser leurs enjeux», ajoute-t-il.

Une occasion également d’en apprendre plus sur chacun des domaines de droit, croit Me Gérard Guay, président de la Chambre des notaires. «Si une personne croit qu’après le décès de son mari elle aurait tous les droits, malheureusement non, ce n’est pas ça qui est inscrit dans la loi. On pourra lui préciser certains faits sur le sujet», mentionne-t-il.

Par cette clinique, Juripop espère simplifier la justice et la rendre plus accessible en entrant dans le «quotidien» des gens. «Il manque d’éducation au droit au Québec. [Une majorité de gens] disent qu’ils ne comprennent rien au système de justice, le trouve nébuleux, complexe et qu’ils ne seraient pas en moyen de défendre leurs droits», déplore M. David-Pelletier qui estime que ce genre de clinique peut «rapprocher le droit du citoyen».

«Des fois, les gens ont des questions juridiques pour lesquelles elles n’osent pas aller voir un notaire, alors qu’il y a peut-être réellement un problème à gérer» – Me Gérard Guay, président de la Chambre des notaires

M. David-Pelletier précise que près de 40 000 personnes par année sont refusées par l’aide juridique parce qu’ils n’y sont pas admissibles. «Avec la réforme de l’aide juridique, seule une personne qui travaille au salaire minimum aura accès gratuitement à ce programme. Mais les familles qui ont un revenu de 50 000$, quand survient un problème juridique qui peut leur coûter 10 000$, elles n’ont pas nécessairement les liquidités pour aller devant les tribunaux», s’inquiète-t-il.

Cette clinique juridique populaire se veut un prolongement de leur émission d’affaires juridiques, À vos cas, qui sera diffusée sur la chaîne MAtv dès lundi. La clinique pourrait se prolonger au-delà du 23 février si elle reçoit de nouveau l’appui des partenaires, la Société de transport de Montréal et la Ville de Montréal, qui a également offert un soutient financier.

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus