[Mise à jour] À la suite de cet article, la Société du Vieux-Port de Montréal (SVPM) a promis de corriger la situation.

Une partie de la plage de l’Horloge est réservée à des privilégiés, ce qui suscite de l’insatisfaction parmi sa clientèle.

En arrivant à la plage située dans le Vieux-Port, financée en bonne partie par le gouvernement canadien, les visiteurs ont devant les yeux un vaste espace occupé par de moelleuses banquettes. D’emblée, il est tentant de s’installer sur les surfaces coussinées. Il faut toutefois être prêt à payer le prix fort pour ce confort, puisque le bar qui exploite le lieu exige une consommation d’au moins 100$ à tout moment de la journée. Ceux dont le budget est restreint doivent se rabattre sur les chaises en bois qui se trouvent en périphérie ou alors s’installer par terre sur une serviette.

«Ce n’est pas normal et c’est dommage. C’est un endroit public», a commenté dimanche Benoît Landry, qui aurait aimé s’asseoir avec ses enfants sur les banquettes, mais n’aurait jamais acheté suffisamment de boisson ou de nourriture.

«C’est très surprenant et décevant. Ça m’apparaît exagéré. Il faudrait un modèle plus invitant pour une partie de la population.» – Guillaume Lavoie, conseiller municipal de Projet Montréal

La plage est gérée par la Société du Vieux-Port de Montréal (SVPM), une entité qui relève du gouvernement fédéral. La section «resto-bar» est louée à un concessionnaire, un nouveau cette année.

«On se garde un espace VIP, a expliqué Danic Rouleau, gérant du bar de l’Horloge. C’est sûr qu’il y a des familles qui chialent un peu des fois, mais en général les gens sont contents.»

La SVPM est au courant de la pratique de son locataire. «Ça fait de l’insatisfaction. Nos agents sur le terrain ont eu des commentaires comme quoi c’était dommage de ne pas pouvoir profiter de l’espace entier», a reconnu Mathieu Trudel, superviseur à la marina et à la plage. Il n’a toutefois pas été possible dimanche de parler avec une personne en charge du développement commercial du Vieux-Port pour savoir si des correctifs étaient envisagés.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!