Yves Provencher/Métro

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) a bon espoir de terminer la prochaine année scolaire avec un budget équilibré.

«On est tous satisfaits d’arriver au retour à l’équilibre, mais surtout de passer d’une phase de redressement à une phase de développement parce que c’est nécessaire pour l’ensemble des milieux», a affirmé mercredi la présidente de la CSDM, Catherine Harel-Bourdon, confiante.

Les prévisions budgétaires 2016-2017, que le conseil des commissaires a entérinées à la majorité mercredi soir, font état d’un manque à gagner de 19M$. Celui-ci sera toutefois compensé par la somme de 1M$ provenant de la formation professionnelle, une aide financière récurrente de 5,3M$ de la part du ministère de l’Éducation et des réductions diverses de dépenses de l’ordre de 9,3M$, notamment dans le transport scolaire (-1,15M$), dans les directions d’école (-1,1M$) et dans la transformation de la structure organisationnelle (-5,8M$).

Il restera à la CSDM qu’à trouver 4,4M$ au cours de la prochaine année scolaire pour atteindre l’équilibre budgétaire. «Notre intention, c’est de ne pas couper de postes, a avisé le directeur général intérimaire, Robert Gendron. On pense qu’on trouvera les 4,4M$ dans la gestion des affaires».

Mme Harel-Bourdon a mis en perspective ces 4,4M$, en soulignant que le budget de la plus grande commission scolaire du Québec s’élève à 1,063G$.

Les conseils que la firme KPMG a prodigués à la CSDM dans sa transformation organisationnelle au cours de la dernière année seront mis à profit pour réduire encore les dépenses, a pour sa part mentionné la directrice générale adjointe à la gestion de la performance financière et de l’efficacité opérationnelle, Lucie Painchaud.

Si la CSDM réussit à retrouver l’équilibre budgétaire à la fin de la prochaine année scolaire, elle mettra du même coup un terme à son plan de redressement budgétaire. Depuis sa mise en place, en 2011-2012, des compressions gouvernementales de près de 30M$ ont été imposées à la CSDM qui, elle, a réduit de son côté ses dépenses d’opération de près de 67M$.

Des déficits de 89M$ se sont accumulés depuis cinq ans. Juste au cours de la dernière année scolaire, il s’est élevé à 5M$. La CSDM est en discussion avec le ministre de l’Éducation au sujet des modalités de remboursement.

«On va devoir avoir une entente sur le niveau de remboursement pour chaque dollar de surplus que nous aurons dans les années futures», a dit Mme Painchaud. Cette dernière a souligné que des investissements doivent être consentis à la formation professionnelle et à la formation générale des adultes.

Beaucoup plus d’élèves l’an prochain
La CSDM s’attend à accueillir de 1300 à 1800 élèves de plus au cours de la prochaine année scolaire. Elle a tenté de s’entendre avec le syndicat des professeurs pour augmenter la moyenne du nombre d’élèves par niveau. Faute d’entente, elle devra ouvrir de petits groupes pour éviter que les moyennes soient dépassées et payer des pénalités, qui se chiffrent à près de 3M$. «On considère qu’au lieu d’ouvrir des petits groupes, il faudrait plutôt soutenir les gros groupes en surpopulation», a dit la présidente de la CSDM. De 30 à 50 postes pourraient être touchés par les déplacements des effectifs. L’Alliance des professeurs de Montréal a indiqué de son côté qu’elle tient au respect des conditions de travail de ses membres et qu’elle réclame davantage de financement à Québec pour embaucher de nouveaux professeurs ainsi que plus de souplesse à la Ville de Montréal pour installer des unités mobiles.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!