Archives/TC Media

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau annoncera un engagement de 1,28 milliard $ du fédéral, jeudi, pour le Réseau électrique métropolitain (REM), projet ferroviaire majeur dans la région de Montréal qui doit relier la ville aux banlieues et à l’aéroport international.

M. Trudeau en fera l’annonce à la gare centrale de Montréal, aux côtés du premier ministre Philippe Couillard, du maire de Montréal, Denis Coderre et de Michael Sabia, le patron de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Une source fédérale a indiqué à La Presse canadienne que l’appui fédéral au projet prendrait la forme d’un prêt par l’entremise de l’accord sur le financement des infrastructures avec Québec ou possiblement via la Banque de l’infrastructure proposée par le gouvernement Trudeau.

La Banque de l’infrastructure vise à utiliser des fonds publics pour créer un effet de levier attirant des milliards de dollars supplémentaires issus d’investisseurs privés. L’objectif est de permettre le financement de nouveaux projets d’envergure tels que des lignes ferroviaires, des ponts et des infrastructures de transport.

La source gouvernementale, qui n’était pas autorisée à discuter publiquement de la question, a affirmé que le projet de transport de 5,5 milliards $ répond à plusieurs critères qui seront recherchés par la banque — tout en soulignant qu’il reviendrait ultimement aux responsables de la banque de prendre une telle décision.

Quoi qu’il en soit, le gouvernement libéral avait fait savoir que le cabinet du premier ministre allait avoir le pouvoir de rejeter des projets qui reçoivent le feu vert de la banque, évoquant la protection des intérêts des Canadiens.

En janvier 2015, le gouvernement québécois et la Caisse de dépôt et placement du Québec avaient annoncé leur accord devant mener à la construction du REM.

Québec a appelé Ottawa à injecter au moins un milliard de dollars dans le projet, lequel bénéficie déjà de la contribution de la caisse de dépôt.

Le fédéral s’est engagé à investir environ 186 milliards $ sur 11 ans dans les projets d’infrastructures à travers le pays.

Si les libéraux soutiennent que la Banque de l’infrastructure est un élément crucial de leur plan en matière d’infrastructures, cette dernière a suscité des critiques considérables.

Les critiques portent surtout sur la façon dont la banque serait administrée et sur le niveau de risques pour les contribuables de ce modèle de financement.

Les libéraux font valoir que les projets majeurs qui seront financés par le concours de la banque seraient, sans cela, trop coûteux pour les gouvernements et trop risqués pour que des entreprises privées en assument la pleine responsabilité seules.

Le ministre des Finances Bill Morneau a en outre soutenu que le gouvernement aurait un rôle plus petit que les investisseurs privés, qui encaisseraient, selon ses dires, la majorité des dépassements de coûts pouvant survenir.

Ce dernier a aussi plaidé que la banque allait générer moins de risques pour les contribuables que si le gouvernement fédéral assumait seul tout le fardeau des projets souhaités.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!