James West James West / La Presse Canadienne

FREDERICTON — Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, a déclaré lundi que son gouvernement libéral minoritaire présenterait mardi un discours du Trône qui répondrait à de nombreuses attentes soulevées par les partis de l’opposition durant la campagne électorale.

Le chef libéral a indiqué que le discours du Trône abordera notamment la hausse du salaire minimum, l’équité salariale dans le secteur privé et la pénurie de personnel paramédical au Nouveau-Brunswick.

«La pénurie d’ambulanciers a eu des répercussions sur tous les Néo-Brunswickois, en particulier dans les régions rurales, et le discours du Trône traitera de cet enjeu de façon spécifique», a-t-il affirmé lundi.

M. Gallant a par ailleurs indiqué que son gouvernement se fixerait pour objectif de rétablir l’équilibre budgétaire en 2020-2021, soit un an plus tôt que prévu jusqu’ici par les libéraux.

En point de presse lundi devant l’Assemblée législative, avec ses 20 députés élus derrière lui, M. Gallant a par ailleurs confirmé que les libéraux présenteraient un candidat à la présidence de la Chambre. Les trois autres partis ont refusé de proposer un candidat, pour ne pas «perdre» une précieuse voix à l’Assemblée législative.

En fin de journée, M. Gallant a annoncé sur Twitter que Daniel Guitard serait candidat au poste de président de l’Assemblée législative. M. Guitard, âgé de 59 ans, représente la circonscription de Restigouche-Chaleur.

M. Gallant a estimé que les Néo-Brunswickois ne voulaient pas d’un autre scrutin, après les résultats très serrés du mois dernier.

La leader parlementaire libérale par intérim, Lisa Harris, avait indiqué vendredi que le caucus avait accepté d’éviter de déclencher de nouvelles élections, et que les libéraux ne se présenteraient pas en Chambre sans candidat à la présidence.

«Les Néo-Brunswickois ont exprimé leur souhait que tous les députés se concentrent moins sur la politique et davantage sur les défis importants auxquels notre province est confrontée. Il est demandé que tous les députés basent leur soutien — ou l’absence de leur soutien — sur le contenu du discours du Trône», a dit M. Gallant.

Les libéraux au pouvoir ont remporté 21 sièges aux élections du mois dernier, soit un de moins que les progressistes-conservateurs, tandis que les verts et l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick en ont remporté trois chacun. Les conservateurs ont déjà prévenu qu’ils voteraient contre le discours du Trône de Brian Gallant.

Si les libéraux devaient être battus lors d’un vote de confiance à l’Assemblée législative, les progressistes-conservateurs de Blaine Higgs pourraient alors tenter de former à leur tour un gouvernement.

Le chef conservateur, Blaine Higgs, a accusé M. Gallant de chercher à gagner du temps.

«D’une façon ou d’une autre, Brian Gallant a perdu les élections et a perdu la confiance du peuple. Maintenant, il nous impose un processus long et inutile pour le déloger, plutôt que de faire la chose honorable et de se retirer», a déclaré M. Higgs lundi.

Compte tenu des débats prévus et des autres règles de procédure, il ne devrait pas y avoir de vote sur le discours du Trône avant le 2 novembre.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!