Graham Hughes Heidi Rathjen, porte-parole de PolySeSouvient.

À l’occasion d’une consultation nationale sur les armes à feu, initiée par le gouvernement fédéral, les survivants des trois principales tueries survenues au Québec ont exigé le rétablissement du registre des armes à feu, un meilleur contrôle de leur vente, et le bannissement, à terme, des armes de poing et d’assaut.

Les survivants du massacre de Polytechnique, de la fusillade du Collège Dawson et de la grande mosquée de Québec ont rencontré jeudi matin les représentants du gouvernement libéral dans une rencontre à huit clos.

Jean-François Larrivée, époux de Maryse Laganière, tuée à Polytechnique le 6 décembre 1989, a détaillé à Métro les demandes des groupes de victimes.

«Interdire les armes d’assaut et de poing, c’est beaucoup plus difficile à appliquer qu’à le dire», a-t-il averti. Plusieurs mesures doivent être prises dans un premier temps, selon lui, pour faciliter ensuite l’interdiction de ce type d’armes.

Aboli par l’ancien gouvernement Harper, le registre des armes à feu doit être rétabli, a-t-il affirmé.

«Si tu as une arme de poing illégale, tu ne vas pas aller l’enregistrer, tu vas la garder. Il faut enregistrer toutes les armes, pour retracer les armes légales qui vont devenir illégales», a détaillé M. Larrivée.

Il s’est aussi inquiété de voir que les chargeurs vendus actuellement, qui contiennent officiellement entre 5 et 10 balles, pouvaient facilement être modifiés pour accueillir une vingtaine de balles supplémentaires.

«À Polytechnique, Marc Lépine avait deux chargeurs de 30 balles qu’il a modifiés lui-même. Ces chargeurs devaient avoir 5 balles», a-t-il précisé, ajoutant qu’une simple perceuse électrique permettait d’augmenter la capacité d’un chargeur en enlevant un rivet.

Les groupes souhaitent aussi que soit revue la classification de toutes les armes. «Il y a beaucoup d’armes restreintes qui devraient être interdites. Le Roguer mini 14, qui a tué mon épouse, tu peux encore en acheter une facilement. Ça me blesse énormément que cette arme-là soit encore non restreinte, ce n’est clairement pas un fusil de chasse, c’est une arme d’assaut», a dénoncé M. Larrivée.

Alors que le parti libéral avait promis en campagne électorale de durcir la loi entourant l’acquisition d’arme à feu et de renforcer le contrôle sur le transport d’arme prohibée, M.Trudeau a toujours clamé être opposé au retour de l’ancien registre.

Des promesses bientôt brises
Ces groupes ont aussi appelé le gouvernement fédéral à agir rapidement pour bannir les armes de poing et d’assaut. Ils se sont dits préoccupés par la lenteur des procédures législatives, alors que les élections fédérales arrivent à grands pas et qu’un éventuel futur gouvernement pourrait s’opposer à un renforcement de la loi.

«Les libéraux ont été élus à la majorité grâce à une plateforme électorale qui, littéralement, promet de débarrasser nos rues des armes de poing et des armes d’assaut. Nous nous attendons donc qu’ils réalisent cet objectif dans le cadre de leur présent mandat et non de reporter cette question controversée au-delà des prochaines élections», a déclaré la porte-parole de PolySeSouvient, Heidi Rathjen, elle-même témoin de la tuerie de Polytechnique en 1989.

«Nous souhaitons une chose: avoir une société tranquille dans laquelle des armes de poing et des armes de guerre ne circulent pas. Nous ne sommes pas un pays de guerre. En attendant que les lois s’ajustent, il faut faire de l’éducation. Faisons du concret dans les écoles, pour dire aux enfants: une arme, ça tue», a renchéri le cofondateur du centre culturel islamique de Québec, Boufeldja Benabdallah.

La loi C-71 votée cette année a seulement renforcé le contrôle des armes, mais n’a pas banni du Canada certaines armes de guerre comme le fusil AR-15, une des armes les plus vendues aux États-Unis et accessibles au pays. C’est l’arme qui a servi à tuer 17 personnes dans un lycée de Parkland, en Floride, le 14 février 2018, et qui a aussi été utilisée dans les tueries de San Bernardino, de Las Vegas, d’Aurora et de Sandy Hook dans les dernières années.

Le Québec a souhaité conserver les données de l’ancien registre pour les transférer au ministère provincial de la Sécurité publique. Actuellement, 172 412 armes ont été enregistrées. Il y aurait 1,6 million d’armes en circulation dans la province.

En juillet 2018, après une fusillade qui a coûté la vie à deux personnes, les élus du conseil municipal de Toronto ont voté une motion en faveur de l’interdiction des armes d’assaut et de poing dans leur ville. Montréal a suivi le pas quelques semaines plus tard, exigeant cette fois leur interdiction partout au pays.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!