MONTRÉAL — La Cour supérieure a donné son feu vert à une action collective contre McDonald’s Canada pour la commercialisation de ses «Joyeux Festins» auprès d’enfants québécois depuis cinq ans.

L’avocat montréalais Joey Zurkan avait demandé au tribunal, au nom du groupe, l’autorisation d’intenter une action collective contre McDonald’s. Les plaignants estiment que la promotion des populaires repas constitue de la publicité destinée aux enfants, ce qui est illégal au Québec.

La décision rendue mercredi par le juge Pierre-C. Gagnon signifie que le recours pourra maintenant être entendu sur le fond.

La loi québécoise sur la protection du consommateur — l’une des plus sévères au Canada — interdit la publicité commerciale destinée aux enfants de moins de 13 ans.

La plainte déposée par Me Zurkan soutient que McDonald’s viole la loi par son affichage dans les restaurants, qui fait miroiter les jouets offerts avec un «Joyeux Festin».

Un porte-parole de McDonald’s Canada a soutenu que l’entreprise était pleinement consciente de ses obligations à l’égard des lois sur la publicité au Québec et qu’elle ne croyait pas que l’action collective soit fondée.

Le recours sera intenté pour toute personne ayant acheté un repas «Joyeux Festin» ou un jouet individuel pour un enfant de moins de 13 ans dans un restaurant McDonald’s au Québec depuis le 15 novembre 2013.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!