LONDON, Ont. – Les souliers que dit avoir porté Terri-Lynne McClintic lorsque la jeune Victoria Stafford a été tuée ont occupé l’attention, mercredi, dans le cadre du procès de l’ancien petit ami de McClintic pour meurtre prémédité.

Celle-ci avait d’ailleurs témoigné plus tôt lors du procès de Michael Rafferty, déclarant qu’après que Victoria ait été tuée au nord de Guelph, en Ontario, l’accusé lui avait demandé de lancer ses souliers par la fenêtre de l’auto dans laquelle les deux individus se trouvaient.

Rafferty, âgé de 31 ans, a plaidé non coupable aux accusations de meurtre prémédité, d’agression sexuelle causant des blessures et enlèvement.

Une femme qui vit dans la région a pour sa part expliqué qu’au début du mois d’avril 2009, le mois lors duquel la fillette a été tuée, elle marchait en bordure d’une route secondaire lorsqu’elle a découvert une paire d’espadrilles blanches avec des rayures bleues, et un soulier individuel. Après s’être débarrassée du soulier, la femme en question, Lillian Metcalfe, a donné les espadrilles à la police dans le cadre de l’enquête le 30 mai. McClintic a plus tard reconnu les chaussures comme étant les siennes.

Lillian Metcalfe a ajouté qu’elle avait également remarqué un siège arrière de voiture au même endroit de la route pendant un certain temps. Elle a mentionné cette découverte à la police, ayant entendu que les autorités cherchait le siège arrière de la voiture de Rafferty, mais le siège en question n’était plus sur les lieux après le 30 mai.

La dépouille de Victoria Stafford a été trouvée, partiellement dévêtue, dans un champ du secteur de Mount Forest, en Ontario, plus de 100 jours après sa disparition signalée le 8 avril, 2009.

McClintic, toujours à la barre des témoins, a mentionné qu’après la mort de Victoria, Rafferty avait effectué beaucoup d’efforts pour couvrir les traces du crime, y compris en cachant le corps de la jeune fille sous une pile de roches, roulant en sens inverse sur des traces de pneus pour les rendre moins faciles à voir, offrant à McClintic des vêtements de rechange, se débarrassant des vêtements que le couple portait, en plus de faire disparaître l’arme du crime et les souliers.

Rafferty aurait ensuite amené le véhicule à Cambridge pour en nettoyer l’extérieur à grande eau et en laver l’intérieur, a ajouté McClintic.

Celle-ci purge déjà une peine de prison à vie après avoir plaidé coupable, il y a deux ans, à une accusation de meurtre prémédité en lien avec la disparition de Victoria Stafford. Cela fait plus de deux semaines que la cour l’entend comme témoin principal, les questions portant principalement sur les incohérences de son témoignage.

Lorsqu’elle a confessé pour la première fois pour ensuite plaider coupable, elle avait déclaré que Rafferty avait tué la jeune fille à coups de marteau. Lors du procès de son ancien ami de coeur, toutefois, elle a plutôt affirmé que c’était elle qui avait manié l’arme du crime.

La Couronne allègue que les deux individus ont enlevé Victoria Stafford à l’extérieur de son école primaire et l’ont conduite dans une région rurale située à plus de 100 kilomètres au nord, où elle a été violée et violemment tuée.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!