Chris Young Joe Oliver. Chris Young / La Presse Canadienne

OTTAWA – Les ministres et députés du gouvernement de Stephen Harper ont été déployés à l’échelle du pays vendredi pour un blitz médiatique pour faire la promotion d’un accord de libre-échange — encore non signé —, entre l’Union européenne (UE) et le Canada.

Bien que le contenu de l’entente n’ait pas été rendu public, les troupes du premier ministre conservateur ont néanmoins promis qu’elle entraînerait la création de milliers d’emplois, en plus d’injecter des milliards de dollars à l’économie canadienne.

Certains jugent toutefois que les Canadiens ne devraient pas acheter une telle version de l’accord —conçue selon eux pour renverser la vapeur après une mauvaise semaine pour le gouvernement fédéral —, et ce jusqu’à ce qu’Ottawa dévoile l’accord.

La tournée nationale devait permettre de vanter les retombées qu’aura l’entente sur toutes les régions et industries du pays, a soutenu le ministre du Commerce international Ed Fast.

Pas moins de 18 ministres et députés tenaient des points de presse vendredi, d’une usine de pommes de terre sur l’Île-du-Prince-Édouard à une conserverie de Vancouver, leurs efforts ayant été épaulés par une flopée de communiqués de presse de groupes industriels tenant le même discours.

Le ministre Fast a affirmé que les estimations de créations d’emplois mises de l’avant par son gouvernement étaient issues d’études menées avant le début des négociations, de même que d’analyses régionales récentes.

Il s’est également engagé à ce que les négociations soient conclues cette année, bien que les représentants de l’UE ne se soient pas montrés aussi optimistes plus tôt cette semaine.

Les représentants de la République tchèque, Hongrie et Bulgarie sont frustrés que leurs citoyens aient à demander un visa pour entrer au Canada, et pourraient refuser de signer toute entente. Le ministre Fast a toutefois balayé du revers de la main ces inquiétudes, affirmant que ces dossiers avaient été traités séparément.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!