LUTSEL K’E, N.W.T. – Les frontières prévues d’une nouvelle aire protégée dans les Territoires du Nord-Ouest ont été dévoilées, ainsi que la relation unique que Parc Canada aura avec les Autochtones qui y vivent.

Des responsables du fédéral, du territoire et des représentants autochtones étaient sur place, mercredi, dans la communauté éloignée de Lutsel K’e pour décrire l’étendue de «Thaidene Nene», ce qui signifie «La Terre des ancêtres» en langage déné.

Thaidene Nene — originalement proposée en 1970 — doit couvrir 27 000 kilomètres carrés de terres, de cours d’eau et de forêts vierges du Grand bouclier canadien autour du côté est du lac Great Slave.

Environ 14 000 kilomètres carrés doivent être gérés comme un parc national.

Et 12 000 autres kilomètres carrés doivent devenir soit un parc territorial ou un habitat protégé du caribou.

Les terres sous contrôle territorial auraient des protections comparables à celles du parc national.

«Et rien ne sera fait sans avoir écouté les Dénés», a déclaré Steve Nitah, le négociateur en chef des Dénés.

Ils se sont fait garantir un rôle avec le personnel fédéral pour la planification, la gestion et l’exploitation de tous les aspects du parc, dit M. Nitah. Ils pourront continuer à chasser, à pêcher, et à se servir des terres de façon traditionnelle comme ils le font depuis des siècles.

«Ça ressemble pas mal à une entreprise commune avec le Canada», a dit M. Nitah, qui a ajouté que les Dénés de Lutsel K’e vont financer une partie du projet avec leurs propres ressources.

Les frontières du parc qui seront évaluées lors des consultations publiques sont toutefois significativement plus petites que celles originalement prévues. Environ 8000 kilomètres carrés ont été retranchés car on croit qu’ils peuvent contenir des ressources naturelles.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!