Archives métro La Coalition avenir Québec s’est engagée cette semaine à réduire de 25 %, par rapport aux niveaux de 1990, les émissions de GES du Québec d’ici 2020.

Québec a proposé jeudi de réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) de 37,5% sous le niveau de 1990 d’ici 2030.

«Le Québec entend demeurer un chef de file en matière de lutte contre les changements climatiques. En plus de contribuer à l’effort mondial, une cible ambitieuse pour 2030 permettrait d’améliorer la santé, la sécurité et la qualité de vie des Québécois, de même que le développement durable de notre économie», a déclaré le ministre de l’Environnement David Heurtel.

Des consultations en commission parlementaire seront tenues prochainement pour que le gouvernement Couillard soit en mesure d’annoncer sa cible en vue de la 21e Conférence des Parties (CdP-21) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques de Paris, où 46 000 participants en provenance de 196 États sont attendus du  30 novembre au 11 décembre 2015.

En conférence de presse, le premier ministre Philippe Couillard a souligné que le Québec, avait déjà réussi en 2012 à diminuer ses émissions de GES de 8% par rapport à leur niveau de 1990, surpassant ainsi de 2% l’objectif qu’il s’était fixé à cet horizon. Parmi les moyens pour parvenir à cette cible «ambitieuse», le premier ministre a évoqué l’électrification des transports, l’utilisation du gaz naturel liquéfié pour les navires et les camions, ainsi que l’efficacité énergétique des bâtiments.

<blockquote>«Ce sera le sommet le plus important de l’histoire. Durant cette conférence, nous allons fixer l’avenir des tout petits, nous les grands», Le biologiste Jean Lemire qui pilotera Dessine la Terre, un projet de dessins d’enfants destiné à sensibiliser les décideurs à Paris.</blockquote>

Du côté du Parti québécois, on clame au contraire que le gouvernement libéral a raté sa cible. «À cause des libéraux, le Québec n’a pas atteint la cible du Protocole de Kyoto. Nous visions une réduction moyenne de 6% des émissions entre 2008 et 2012, mais celles-ci n’ont diminué que de 4,2 %», a souligné Mathieu Traversy, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’environnement.

Si on se félicite de l’établissement d’une telle cible aussi bien du côté des groupes écologistes que de Québec solidaire, on souligne du même souffle que le gouvernement devra arrêter de soutenir les projets pétroliers et gaziers.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!