ICI Radio-Canada Télé Safia Nolin

Deux semaines après avoir porté un t-shirt de Gerry Boulet au gala de l’ADISQ, Safia Nolin n’en revient toujours pas de la controverse que cela a suscité. Présente sur la plateau de Tout le monde en parle dimanche, la musicienne a dit qu’«il n’y a jamais eu d’aussi grosse controverse» pour l’habillement d’un homme. «C’est comme si j’avais stabbé [NDLR: poignardé] quelqu’un sur scène», a-t-elle affirmé, incrédule.

Elle a confié être abasourdie du nombre de messages haineux qu’elle a reçus après le gala. «Le 31 octobre, j’ai reçu tellement de messages méchants, gratuits, qui n’avaient pas rapport avec la musique», a-t-elle relaté. Elle a déclaré avoir été blessée surtout par les messages des femmes, dont une vieille dame qui lui a écrit au milieu de la nuit. «Je comprends pas pourquoi cette femme-là, à 2h du matin, décide de trouver mon Facebook et de m’écrire, a-t-elle soutenu. Ç’aurait pu être la grand-mère de n’importe qui.»

Elle a aussi déploré le travail des chroniqueuses Sophie Durocher et Lise Ravary, qui ont critiqué sa manière de s’habiller. «Elles sont conscientes qu’avec les articles qu’elles publient, c’est comme jeter de l’huile sur le feu, a-t-elle dit. Ce n’est pas Sophie Durocher ou Lise Ravay personnellement le problème, mais c’est la somme de tout ça.»

Safia Nolin s’est désolée, à la blague, que Gerry Boulet n’ait pas été remarqué. «Je me suis dit: “Le monde va voir Gerry et se dire Rendez-vous doux, c’est un bon album.” Pauvre Gerry, il est passé dans le beurre», a-t-elle ironisé. L’artiste a réitéré sa position selon laquelle se «costumer» pour aller à un gala alors que l’industrie va mal est hypocrite. «Je n’ai pas envie de me costumer, parce que ce n’est pas moi, a-t-elle insisté. Il n’y a pas le cash pour se costumer. Lady Gaga, elle a du cash, elle peut mettre des robes en viande si ça lui tente.»

Pour terminer l’entrevue, la chanteuse est revenue sur sa rencontre avec son idole, Céline Dion, le soir du gala de l’ADISQ. «C’est comme si j’avais fumé un es** de gros bat, a-t-elle blagué. On voit dans mes yeux, c’est comme si Dieu arrivait.»

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus