Gracieuseté – Melika Dez Samian

Le rappeur algonquin Samian offrira gratuitement le premier extrait de son quatrième album, le 1er janvier. Exercice qu’il répétera ensuite sur une base mensuelle avec chacune des chansons sur Le Messager, qui sera lancé en novembre 2017.

 «Je veux offrir un nouvel extrait chaque mois jusqu’en octobre, puis lancer l’album de dix chansons en novembre. Je remonterai alors sur scène pour la première fois en un an et demi et dix ans jour pour jour après le lancement de mon premier album (Face à soi-même, paru le 13 novembre 2007)», précise d’entrée de jeu l’artiste originaire de Pikogan.

Le premier extrait s’intitule L’itinérant. Il s’agit d’une chanson très proche du cœur de Samian et sa date de sortie n’est pas un hasard. «Ça parle de mon père et j’avais envie de la donner le jour de son anniversaire, qui est le 1er janvier. Je voulais lui dédier cette chanson de façon particulière», confie-t-il.

Tout est gratuit

Ce quatrième album, tout comme ses dix extraits, sera offert gratuitement en ligne dans sa version numérique. Une décision de l’artiste qui risque de soulever des débats dans une industrie qui lutte pour sa survie à l’ère du numérique. Pour sa part, Samian n’y voit que du bon et il espère que les gens prendront le temps de savourer chaque morceau à sa sortie et de les partager via les réseaux sociaux.

C’est un album qui mijote depuis trois ans, mais là, on va prendre le temps de travailler une chanson chaque mois pour la présenter au public Samian

«Je me fous un peu des records de ventes. J’ai toujours gagné ma vie à la sueur de mon front, en montant sur scène pour défendre mes chansons. Il y en a qui sont contre mon idée, d’autres qui sont pour et me remercient de tout cœur. Ce que je veux, c’est partager mes chansons avec le plus de gens possible. S’il n’en tenait qu’à moi, mes trois autres albums seraient aussi disponibles gratuitement, mais les bandes maîtresses appartiennent à mon ancienne maison de disques et je ne m’embarquerai pas là-dedans», raconte Samian, qui a mis un terme à ses liens avec les Disques 7ième Ciel du Rouynorandien Anodajay, l’été dernier.

Un retour aux sources

Pour Le Messager, Samian travaille de nouveau avec son éternel collaborateur, DJ Horg, qui l’accompagne depuis le premier disque. «Cet album, on le fait ensemble comme réalisateur et producteur. Il est littéralement derrière moi dans ce projet. Il est devenu frère depuis dix ans, un membre de ma famille, relate-t-il.

«C’est un disque qui nous ressemble à tous les deux, poursuit Samian. Je suis dans la trentaine et lui dans la quarantaine. C’est sûr qu’on a connu deux décennies différentes de hip-hop, mais on effectue un véritable retour aux sources ici, avec seulement un MC et un DJ. C’est très hip-hop, avec des samples, du scratch, etc. Et le message est toujours très important pour moi. Le titre n’est pas un hasard», assure l’artiste, dont les textes portent toujours plusieurs messages, souvent inspirés par sa foi qu’il n’hésite pas à afficher.

Une année qui s’annonce occupée

L’année 2017 s’annonce pour le moins occupée pour Samian. Outre ce quatrième album et ses extraits offerts mensuellement, l’artiste fera voyager son exposition de photographies intitulée «Enfant de la terre» jusqu’en 2018. Il y a aussi son livre de photos du même titre lancé en octobre.

Mais surtout, il y a le film Hochelaga, terre des âmes, du réalisateur François Girard (32 films brefs sur Glenn Gould, Soie) et dans lequel Samian a décroché son premier rôle principal au cinéma. Le tournage a eu lieu cet automne à Montréal et le film doit sortir en 2017.

«J’ai commencé à voir des petites parties du film. C’est vraiment un bel honneur et une belle confiance que me fait François Girard. Ce fut génial de participer à cette belle aventure», souligne Samian, qui sert de trait d’union dans un rôle d’archéologue au sein de cette fresque qui traverse sept siècles d’histoire à Montréal.

Aussi dans Culture :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!