Josie Desmarais/Métro Frederic Palardy et Jo-Ann Kane. Parle-moi d’amour a lieu jusqu’au 29 mars au MAC. Entrée libre

Les Impatients célèbrent leur 25e anniversaire en organisant leur campagne de financement annuelle Parle-moi d’amour au Musée d’art contemporain.

Depuis un quart de siècle, les Impatients viennent en aide aux personnes qui ont des problèmes de santé mentale en proposant des ateliers de création artistique qui regroupent la peinture, la musique et la bande dessinée.

«On est en plein déploiement, laisse savoir Frédéric Palardy, directeur général des Impatients. Il y a 25 ans, on avait un atelier, là on en a 60 par semaine. On desservait une dizaine de participants, et aujourd’hui on en dessert 600 par semaine un peu partout dans la province.»

Afin de fêter ses noces d’argent, l’organisme a décidé d’envahir le MAC pour tenir sa principale activité-bénéfice. Lors de notre visite, une quinzaine de personnes s’activaient à métamorphoser la salle pour l’occasion. Les murs blancs disparaissaient graduellement au profit de formes et de couleurs. La pièce laissait peu à peu place à diverses réalisations d’Impatients et d’artistes professionnels.

«L’expression artistique est efficace pour la santé mentale. C’est prouvé.» – Frédéric Palardy, directeur général des Impatients

«On regroupe ces gens-là et il n’y a pas de clivage, explique Jo-Ann Kane, conservatrice de la Banque Nationale et consultante en gestion de collections. On ne sait pas toujours nécessairement de qui sont les œuvres. C’est vraiment pour engager une parole, une participation entre les Impatients et les artistes professionnels.»

Une chose est certaine :  on retrouvera le fruit du travail de Marc Séguin, de Gabro Szilasi et de Yannick Pouliot, les trois parrains de l’événement. À cela s’ajouteront des centaines d’œuvres (de Marie-Claire Blais, de Richard-Max Tremblay, etc.), dont plusieurs dons de collectionneurs (Edmund Alleyn,  Betty Goodwin…).

Les visiteurs sont appelés à prendre part à des enchères qui résulteront, pour une trentaine de créations, à un encan silencieux qui sera animé par Patrick Masbourian. «Toutes les œuvres partent au même prix, mentionne Frédéric Palardy. Que ce soit une œuvre d’un Impatient ou une œuvre de Riopelle évaluée à 7 000 $.»

Aussi dans Culture :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!