François Lacasse/Orientalys Irem Bekter, artiste qui fait de la chanson argentine teintée d’influences orientale, jazz et contemporaine se produit vendredi, à 21 h 30, accompagnée de ses musiciens.

Pour sa seconde année, Orientalys voit grand. Programmation éclatante, déménage­ment au Vieux Port… «On attend beaucoup, beaucoup de gens!» lance la directrice des communications, Emily-Jane Aouad.

«Il y aura tout plein de petits commerces, de l’artisanat, un espace beauté, un spa, du thé, des saveurs orientales… On a même construit un vieux souk!» Au bout du fil, Emily-Jane énumère avec entrain toutes les activités qui marqueront ce week-end.

Présenté par le Festival du monde arabe (FMA), Orientalys se veut un événement plus accessible, et très familial. «Le public du FMA est assez élitiste, remarque Emily-Jane. Les spectacles sont donnés en salle et comme ils sont payants, ils sont courus par les gens qui s’intéressent vraiment à la culture arabe ou par des spectateurs qui ont soif de découvertes. Tandis que là, on ouvre vraiment ça à tous les publics.»

Le mélange des disciplines présentées sur ces trois jours en plein air reflète un grand métissage de cultures. Danse, musique, calligraphie, gastronomie de tous les horizons… Le visiteur curieux et ouvert sera comblé, promet Emily-Jane. «Les festivaliers pourront par exemple voir Nicolas Pellerin, qui fait de la musique traditionnelle tout en la colorant de sonorités orientales [vendredi à 20 h 15].

Ou encore assister au Jasmin rouge, un spectacle qui fusionne des mélodies celtes avec de la musique ancienne du Québec et des rythmiques tribales de l’Afrique du Nord [jeudi à 18 h 45]. Sinon, il y a le spectacle d’ouverture, Cafe Cantante, qui offre une fusion de flamenco, de gigue québécoise et de kathak indien sur fond de musique andalouse et marocaine! [vendredi à 17 h], souligne Emily-Jane. Et il ne faut pas oublier le retour du danseur turc Ilhan Karabaçak [samedi à 22 h]. Il avait ébloui le public du FMA lors des dernières éditions, et il présente maintenant pour la première fois son nouveau spectacle en plein air, gratuitement!»

L’an dernier, Orientalys avait attiré entre 20 000 et 25 000 personnes dans le Parc Lafontaine. Cette année, les organisateurs risquent fort de battre ce record haut la main. Et continuer de le faire dans les années à venir. «Notre but, c’est devenir un événement qui s’inscrit dans le paysage culturel de l’été, en prenant de l’envergure d’année en année, dit notre interlocutrice. Nous voulons vraiment ouvrir nos frontières… et créer un dialogue.»

Orientalys
Au Quai Jacques-Cartier du Vieux-Port
Jusqu’à dimanche

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!