Martine Doyon Louise Desjardins

Chaque semaine, Métro pose quelques questions à un auteur.

Louise Desjardins est née à Rouyn-Noranda et est la sœur de l’auteur-compositeur Richard Desjardins. Elle a publié plusieurs recueils de poésie. La Love, son premier roman, lui a valu le Grand Prix du Journal de Montréal et le Prix des Arcades de Bologne. Elle est également l’auteure des romans Darling, So Long, Le fils du Che et d’un recueil de nouvelles, Cœurs braisés.

Avec Rapide-Danseur l’auteur poursuit son exploration des relations mère-enfant sur fond de paysage nordique. C’est l’histoire d’Angèle qui, après une rupture avec sa famille, s’exile dans le Nord. Depuis deux ans, elle tente de se reprendre en main, mais voilà que le passé la rattrape quand sa mère, Anita, meurt accidentellement.

Que lisez-vous en ce moment?
Je lis La table des autres, de Michael Ondaatje, sur mon iPad.

Qui sont vos trois auteurs préférés?
Élise Turcotte, Jocelyne Saucier, Gabriel Garcia Márquez et bien d’autres. Je suis fan de plusieurs écrivains.

Qu’est-ce qui vous a amenée à l’écriture?
L’amour de la lecture, des mots. Une tante qui me donnait des livres quand j’étais petite. Mon père qui récitait des poèmes.

Chaque écrivain a des routines d’écriture qui lui sont propres. Quelles sont les vôtres?
Je me lève, je déjeune, j’apporte mon café dans mon bureau et j’écris ou je lis. Je n’en sors qu’à midi, toujours en robe de chambre, pour être sûre de ne pas être dérangée. C’est mon espace de temps, de travail, de réflexion.

Quelle est votre expression ou citation favorite?
Celle d’un philosophe français, Gilles Deleuze : «C’est dans la perte que l’on progresse.»

Quel livre auriez-vous aimé écrire?
Le cœur est un chasseur solitaire, de Carson McCullers. Mais plusieurs autres aussi.

Quel est votre pire défaut littéraire?
On me dit que mes livres sont trop courts et parfois trop simples. Mais moi, je n’aime pas tellement les grosses briques compliquées.

De quoi êtes-vous la plus fière en tant qu’auteure?
De ma persévérance et de la fidélité de mes lecteurs.

Que préférez-vous dans l’écriture? Qu’aimez-vous le moins?
J’adore les mots et tout me plaît dans l’écriture. J’ai toujours voulu être écrivaine et je me compte chanceuse d’avoir la possibilité de faire le métier que j’aime.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!