Graham Hughes/La Presse canadienne L'équipe de Plan B

La série Plan B est sortie dimanche grande gagnante d’un 33e gala des prix Gémeaux qui aura tenté de jouer la carte de la diversité avec un succès relatif.

L’émission diffusée sur les ondes de Séries+ a raflé le trophée le plus convoité de la soirée, celui de la Meilleure série dramatique, en plus de voir une de ses interprètes, Magalie Lépine-Blondeau, obtenir le prix du Meilleur rôle féminin.

«Ç’a pris sept ans, a lâché un Louis Morissette soulagé, qui, en plus d’incarner le personnage principal de la série, en était le producteur. Personne ne la voulait, cette série. On s’est battus comme des fous, on y croyait, on voulait faire cette série-là, on savait qu’on tenait quelque chose de fort. Ce prix nous touche énormément.»

«J’espère que ça va donner le goût aux diffuseurs, aux réalisateurs et aux créateurs de faire des trucs différents. Il y a des gens qui veulent voir ça. La télé québécoise est rendue ailleurs», a plaidé à son tour le réalisateur Jean-
François Asselin.

Ce triomphe est d’autant plus mérité que le diffuseur de Plan B a cessé de produire du contenu original québécois l’an dernier après l’abolition par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) de l’obligation de consacrer une part de son budget au financement de dramatiques originales de langue française.

«C’est une série d’auteur comme il s’en fait peu, peut-être la dernière série de contenu original québécois sur Séries+. Je déplore cette décision du CRTC. On peut offrir des fictions qui nivellent vers le haut, qui parlent de nous et qui rivalisent avec ce qui se fait à l’étranger. J’y crois encore», a clamé Magalie Lépine-Blondeau, très émue.

«J’ai l’impression que ça fait tellement longtemps que je n’ai pas animé les Gémeaux. À l’époque, Guylaine [Tremblay] vendait encore des voyages, Jean-Claude s’appelait encore Giovanni [Apollo] et le harcèlement sexuel était un mode de gestion.» – Jean-Philippe Wauthier, animateur du gala des prix Gémeaux

Si Plan B a causé une certaine surprise en coiffant plusieurs gros noms, Fugueuse en particulier, certains moments de la soirée ressemblaient à un copier-coller de l’an dernier.

Ainsi, Céline Bonnier (Meilleur rôle féminin dans une série dramatique annuelle pour L’heure bleue), Antoine Bertrand (Meilleur rôle masculin dans une comédie pour Boomerang), Sophie Cadieux (meilleur rôle féminin dans une comédie pour Lâcher prise), les équipes d’Unité 9 (Meilleure série dramatique annuelle) et de Lâcher prise (Meilleure comédie) sont de nouveau montés sur scène pour réclamer leurs prix.

Le renouveau promis par l’animateur Jean-Philippe Wauthier s’est tout de même matérialisé, notamment pour Paul Arcand (Meilleure animation d’une émission, d’une série d’entrevues ou d’un talk-show pour Conversation secrète) et François Morency (Meilleure animation pour Les Olivier 2017), qui ont tous deux remporté leur premier Gémeaux.

«C’est vraiment deux mondes. Vous avez l’élégante Mélissa Désormeaux-Poulin, on a Mike Ward», a constaté François Morency, en comparant le gala d’hier aux Olivier, qu’il animait pour une troisième fois.

Fait à souligner, les organisateurs ont fait appel à plusieurs nouveaux visages, dont plusieurs issus de la diversité, pour présenter des prix. Ce choix ne s’est toutefois pas transposé dans la liste des gagnants.

«D’aussi loin que je me rappelle, mon plus grand plaisir dans la vie, à part manger du Taco Bell, était de faire rire mes amis. Aujourd’hui, je suis plus vieux, mais l’objectif est identique. Je m’habille juste un peu plus chic et les amis sont plus nombreux.» – Antoine Bertrand, acteur, récompensé pour son rôle dans Boomerang, a opté pour les rimes lors de ses remerciements.

Seul à l’animation après deux ans aux côtés d’Éric Salvail , Jean-Philippe Wauthier a souvent été mordant, même à l’endroit de son ancien coanimateur.

«Je remercie Radio-Canada pour sa confiance, ça me touche beaucoup. Contrairement aux dernières années où ce qui me touchait beaucoup, c’était mon coanimateur», a-t-il lâché en début de gala, multipliant les rires de malaise dans la salle.

Dans un numéro d’ouverture réussi, l’animateur de La soirée est (encore) jeune s’est cherché un comparse, façon En audition avec Simon.

Toute le monde y est passé: Guy A Lepage, René Simard, France Beaudoin, Claude Poirier Michèle Richard, Ludivine Reding, Julie Snyder, Katherine Levac («Les Gémeaux, c’est comme les Golden Globes, mais avec Gino Chouinard à la place de Tom Hanks?»), même le bien nommé comédien Fred-Eric Salvail a tenté sa chance.

Cependant, Jean-Philippe Wauthier a finalement opté «pour la personne qu’il aime le plus»: lui-même.

 

 

 

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!