Métropole Films Samir Guesmi joue à la fois un ado et un adulte dans Camille redouble, de et avec Noémie Lvovsky.

Dans Camille redouble, Noémie Lvovsky, la Camille adulte du titre, voyage dans le temps et retourne à l’époque de son adolescence. Samir Guesmi, qui joue son amoureux, se balade avec elle entre passé et présent. Rencontré à Montréal, l’acteur se souvient.

Il paraît que vous avez eu beaucoup de plaisir à revisiter vos 17 ans, mais que vous aviez aussi une certaine appréhension à le faire…
Oui, c’était ludique tout ça, mais tout d’un coup, j’avais rendez-vous avez l’adolescence et, si j’avais eu le choix, je ne l’aurais peut-être pas pris, ce rendez-vous!

Jouer deux âges dans le même film, ce n’est pas fréquent pour un acteur, non?
C’était un super challenge : arriver à avoir 17 ans, et puis mon âge actuel! Cela dit, pour jouer un ado de 17 ans, je n’ai pas eu à changer de voix ou d’attitude. C’étaient plutôt les sentiments de ma jeunesse qu’il fallait que je retrouve. Parce que, plus on avance dans le temps, moins on les sollicite. Mais moi, je crois qu’il faudrait avoir 17 ans toute sa vie.

Dans son cœur?
Dans son cœur, oui, et dans son esprit aussi! Quand on est jeune, on est plus entier, plus transparent. Plus on avance en âge, plus on fait attention à ce qu’on dit et comment on agit. Ce qui fait qu’on adopte une posture qui est beaucoup moins propice à la rencontre.

Le film pose beaucoup de belles questions. Camille se demande par exemple : «Est-ce que c’est la vie qui abîme l’amour ou est-ce que l’amour a forcément une fin?» Quelle réponse est la plus juste, selon vous?
Je crois que c’est une thématique que Noémie [Lvovsky] a voulu explorer et je ne sais pas si elle y a répondu. En tout cas, la question est ouverte et posée. Moi, je n’ai pas envie d’y répondre, parce que je ne sais pas. C’est une grande question. Assez vertigineuse.

Dans Camille redouble, c’est la chanson Walking on Sunshine qui est emblématique de l’adolescence. Vous, quel morceau vous rappelle le plus cette période?
Ah! Moi, j’en ai plein! Surtout les slows un peu niais. Mais vous savez, l’adolescence, ça n’a pas forcément été une période harmonieuse pour moi. Je suis content d’en être sorti. Finalement, la vie est bien faite.

Camille redouble
Présentement en salle

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!