Le Gala alternatif de la musique indépendante du Québec (GAMIQ) a révélé ses nominations mercredi soir, et, à la surprise générale, les Karkwa, Malajube et autres Patrick Watson ne figurent pas parmi les finalistes. Une erreur monumentale? Non. Pour sa cinquième édition, le GAMIQ réajuste son tir et tourne son regard vers les artistes émergents.

Le but de l’opération? Éviter qu’un balayage similaire à ceux observés au cours des deux dernières années ne se reproduise. En 2009, Patrick Watson était reparti avec cinq trophées, alors qu’en 2008, Karkwa avait survolé la cérémonie. «Ça a créé de la chicane, admet Patrice Caron, président du gala. Et je comprends pourquoi : ce n’était pas juste pour les artistes qui n’ont pas les mêmes moyens que ces groupes-là. On a donc décidé de se repositionner et de revenir à notre mission première, celle de donner une vitrine à des groupes de la scène émergente qui ne sont pas soutenus par une grosse machine.»

En réaction à la critique, le GAMIQ est retourné à la table à dessin et a revu ses critères d’égilibilité afin d’exclure les artistes qui se distinguent dorénavant au gala de l’ADISQ. Exit Mara Tremblay et Yann Perreau, bienvenue à Bernard Adamus et à Radio Radio, qui récoltent respecti­vement sept et cinq nominations cette année. Ils sont suivis de près par Misteur Valaire (4), Fred Fortin (4), Le Husky (3) et We Are Wolves (3). «On accentue notre différence, indique Patrice Caron. On ne veut pas jouer dans les platebandes de l’ADISQ. On n’est pas en compétition; on est complémentaire.»

Dans cette optique, le GAMIQ sera présenté pour la première fois de sa courte  histoire après le gala de l’ADISQ, le 14 novembre au Studio Juste pour rire. Rej Laplanche, de MusiquePlus, animera l’événement, qui sera ouvert au public.

Artiste de l’année

  •     Bernard Adamus
  •     Fred Fortin
  •     Misteur Valaire
  •     Plants and Animals
  •     Radio Radio

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!