MONTRÉAL – Alors que l’attention est tournée vers le soi-disant «dépeceur de Montréal», une famille chinoise est en deuil.

Les parents de Jun Lin, assassiné et démembré dans une affaire sur laquelle a été braqué le feu des projecteurs médiatiques de la planète, sont à Montréal depuis mardi soir.

Selon un homme qui l’a rencontrée, la mère de la victime avait peine à rester debout, et était émue à un point tel qu’elle avait de la difficulté à s’exprimer.

L’arrivée de la famille est passée sous le radar médiatique. Peu d’informations sont disponibles sur la victime, comparativement aux grandes quantités de photos, de vidéos et d’écrits produits par le tueur présumé en mal d’attention, Luka Rocco Magnotta.

Des responsables de l’Université Concordia, où Jun Lin étudiait en génie informatique, ont fait partie des quelques personnes à rencontrer sa famille. Parmi eux, le directeur de l’association des étudiants chinois de l’université, Yan Shi. Selon lui, la scène était poignante lors de l’arrivée à l’aéroport, mardi.

«La mère de Jun Lin était très émotive. Elle pleurait constamment. C’est vraiment affreux de simplement se trouver ici. Nous ne comprenions pas un seul mot de ce qu’elle disait, elle pleurait beaucoup», a-t-il déclaré mercredi. «Elle pouvait à peine marcher. Nous avons dû l’aider.»

Yan Shi dit avoir réussi à comprendre une seule phrase: «Nous venons pour te ramener à la maison».

Des parties du cadavre de M. Lin ont été découverts à Montréal et à Ottawa, mais peut-être aussi jusqu’à Vancouver, où une main et un pied non identifiés ont été trouvés mardi dans des colis.

Des étudiants chinois ont mis sur pied un fonds pour aider à défrayer les dépenses de la famille lors de son séjour à Montréal, qui devrait durer de deux à trois semaines. Ces mêmes étudiants feront également visiter Montréal à la famille éplorée. Un journal de la communauté chinoise dit pour sa part avoir reçu 550 $ de dons pour la famille de la victime.

L’Université Concordia a fait savoir qu’elle était prête à tenir une cérémonie pour l’étudiant chinois assassiné, si la famille le désire. «Nous sommes là pour appuyer la famille, a mentionné Chris Mota, porte-parole de l’université. S’ils en veulent une, nous pouvons les aider.»

La famille a aussi rencontré les enquêteurs de la police de Montréal.

Selon le porte-parole Ian Lafrenière, les autorités vont faire leur possible pour protéger la famille d’une éventuelle attention indésirable de la part des médias. «Vous devez comprendre qu’ils ont traversé un épisode horrible», a-t-il dit.

Aussi dans Luka Rocco Magnotta :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!