Collaboration spéciale Le projet pilote d'Xtreme Athletics and Beyond permet aux enfants de développer les cinq piliers athlétiques : coordination, vitesse, agilité, endurance et force.

Dans le but de développer la motricité chez les enfants d’âge préscolaire, un projet pilote lié à la science du mouvement est lancé en grande première dans deux garderies familiales de L’Île-des-Sœurs. En septembre, Xtreme Athletics and Beyond implantera ensuite ce programme dans les garderies de Montréal.

L’objectif du projet est de donner aux tout-petits les outils pour être capable de bouger avec une coordination contrôlée. En d’autres mots, l’entreprise basée à l’île, apprend aux enfants de 3-4 ans à travailler le contrôle des mouvements et à suivre des parcours composés de cônes, d’échelles, de ballons et de haies.

«On apprend [aussi] à l’enfant à écouter des consignes avant de le mettre en action. On fait du jonglage ou des jumpings jack par exemple. Il y a des adultes qui ne sont pas capables d’en faire par manque de coordination», explique Enrique Fidalgo, le président de Xtreme Athletics and Beyond.

Actuellement, le projet pilote regroupe 12 jeunes de deux garderies familiales de L’Île-des-Sœurs. Durant dix séances de 45 minutes, l’enfant développe les cinq forces athlétiques qui constituent la base de tout sport : coordination, vitesse, agilité, endurance et force.

Danielle Papillon, propriétaire de la garderie familiale portant le même nom, voit une différence entre les jeunes de sa garderie qui participent au projet pilote et ceux qui n’en font pas partie.

«Au parc quand je rencontre d’autres services de garde, je le vois dans leur habileté à grimper, courir après un ballon et au niveau de l’équilibre. Ils sont plus mobiles et ça leur enlève une certaine maladresse.»

Meilleurs athlètes
En septembre, le programme sera implanté dans l’ensemble de la métropole, dans toutes les garderies privées, publiques et les écoles préscolaires. L’entreprise a mené une étude il y a plus d’un an où M. Fidalgo a remarqué une lacune sur l’apprentissage du mouvement entre le moment où l’enfant est en garderie et où il entre en maternelle.

«Il n’y a rien en ce moment qui se fait en âge préscolaire. Les enfants commencent à développer ces habiletés quand ils entrent en maternelle.»

D’après M. Fidalgo, les athlètes qui n’ont pas appris à maitriser les mouvements de bases du sport étant jeunes, auront de la difficulté à poursuivre leur cheminement. Ils risquent d’évoluer moins vite dans leur sport.

«Quand tu commences à faire ce type de programme à un très bas âge, tu peux mieux identifier quels sont ceux qui ont plus de facilité pour les sports de balles, ou de courses, etc.»

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!