Mario Beauregard/Métro

Le conseil d’arrondissement de LaSalle demandera au comité exécutif de la Ville de Montréal d’ajouter son arrondissement sur la liste des territoires où les vignettes de véhicules en libre-service (VLS) peuvent être utilisées.

En mars, la mairesse de la métropole, Valérie Plante, a annoncé une modification au règlement sur les VLS pour permettre le stationnement sur rue de ces véhicules dans Ahuntsic-Cartierville, Outremont, Verdun et Ville-Marie. Ce changement règlementaire portait à 10 le nombre d’arrondissements où le stationnement sur rue des VLS est permis et prévoyait que tous les arrondissements qui souhaitent accueillir les VLS peuvent maintenant le faire.

«LaSalle est impatient que ce privilège soit offert sur son territoire», a indiqué à Métro Caroline Elliott, chargée de communication de cet arrondissement. Ainsi, à leur dernier conseil, les élus lasallois ont demandé à la ville-centre «d’étendre la zone permettant le stationnement sur rue aux détenteurs de la vignette universelle 403 [NDLR: véhicules hybrides ou à essence] aux zones de stationnement réservé aux détenteurs de permis et aux résidants de LaSalle».

Selon ce qu’a appris Métro, le comité exécutif de Montréal n’a pas encore reçu officiellement la demande de LaSalle, mais celle-ci sera «accueillie positivement» à coup sûr.

Valérie Plante a invité à plusieurs reprises depuis mars tous les arrondissements à déposer une demande pour autoriser les vignettes de VLS. «Notre souhait c’est d’étendre le VLS à la grandeur de l’île», avait-elle mentionné en avril au conseil municipal.

D’autres arrondissements à venir
Sondées par Métro, plusieurs administrations locales disent aussi être en processus d’étude ou de réflexion afin d’autoriser les VLS, soit Lachine, Saint-Laurent et Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles.

«Lorsque la mairesse a lancé l’invitation, j’ai tout de suite averti nos services pour qu’on aille de l’avant avec la demande pour avoir les VLS», indique la mairesse de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau.

Elle voit les VLS comme «une bonne solution pour réduire le nombre de voiture» dans son arrondissement du bout de l’île, où il y a «peu de transports collectifs». «Il y a pratiquement deux voitures par ménage, parce que si on veut se déplacer, il faut absolument une voiture», dit-elle. Actuellement, Communauto a deux voitures dans l’arrondissement, qui sont garées dans un stationnement privé.

Du côté de Saint-Laurent, le maire Alan De Sousa avait déjà indiqué en mars que des études étaient réalisées afin d’évaluer l’arrivée des VLS, avant même le changement de règlement fait par l’administration Plante. «D’ici à la fin de l’été, on aura terminé le comptage, soutient-il. Il faut s’assurer que ce soit bien fait.»

M. De Sousa rapporte déjà être en discussion avec les fournisseurs de service de VLS. Étant donné que le territoire de Saint-Laurent est vaste et qu’il inclut plusieurs zones industrielles, le maire espère commencer avec «une ou ceux zones et corriger le tir s’il le faut».

«En réflexion»
Jeudi dernier, Valérie Plante avait déploré que certains arrondissements, dirigés par l’opposition et «plus excentrés», étaient «plus réfractaires» à l’arrivée des VLS. «La population va devoir faire la pression sur les élus locaux, nous on veut que les VLS puissent être déployés partout. À date, tous les arrondissements de mon administration ont dit oui, parce que ça avait du sens», a-t-elle affirmé.

À Lachine, arrondissement dirigé par Projet Montréal, aucun échéancier n’est en place pour l’arrivée des VLS, mais il y a une grande ouverture, selon nos informations.

Toutefois, il a été impossible pour Métro de rejoindre le cabinet du maire de l’Île-Bizard–Sainte-Geneviève, Normand Marinacci, pour connaître les intentions de cet élu de Projet Montréal.

À Montréal-Nord, la «réflexion est amorcée», indique la mairesse, Christine Black. «En caucus, on en a parlé, mais il n’y a pas de décision qui a été prise à savoir si on allait les autoriser ou non, dit-elle. On a un quartier très dense où il y a déjà peu d’espaces de stationnement, alors ça amène des défis.»

Dans Pierrefonds-Roxboro, le maire Jim Beis dit que les élus ne se sont «pas vraiment penchés là-dessus», mais que la «réflexion est en train de se faire avec les services».

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!