Steve Caron/TC Media Les banderoles au cœur du litige ont été posées sur la clôture du parc Champêtre, le long de la rue Notre-Dame.

Si l’Impact de Montréal ne retire pas les banderoles apposées sur la clôture du parc Champêtre, le long de la rue Notre-Dame, les cols bleus de l’arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve (MHM) le feront d’ici 10 jours.

Le maire Réal Ménard somme le club de soccer d’agir rapidement, puisque les banderoles posées sur les clôtures de son centre d’entraînement obstruent la vue des résidents sur le parc et le fleuve Saint-Laurent.

Mis au parfum récemment par des citoyens du quartier, M. Ménard a qualifié la situation de délicate. Pour lui, les agissements de l’Impact ne s’inscrivent pas dans la vision communautaire de l’arrondissement.

«La Ville de Montréal est toujours propriétaire du parc Champêtre. Nous avons accueilli avec beaucoup d’enthousiasme l’Impact de Montréal, mais les banderoles mises en place ne sont pas compatibles avec la vision communautaire que nous avons. Je souhaite qu’elles soient retirées», indique le maire qui en appelle à la bonne foi du club de soccer.

TC Media a appris que l’arrondissement enverrait une demande formelle par écrit aujourd’hui même à l’Impact.

«Nous ne pourrons pas envoyer un avis d’infraction au club de soccer, mais d’autorité nous pourrons demander à nos cols bleus d’agir et une facture leur sera envoyée», précise M. Ménard.

Lors d’une discussion avec Richard Legendre, vice-président exécutif, Développement stratégique et Communications de l’Impact, le maire Ménard a senti une certaine ouverture de la part de son interlocuteur. Celui-ci ne s’est toutefois pas engagé à répondre positivement à la demande du maire.

Les banderoles auraient été posées à la mi-juillet quelques jours avant la visite du Real Madrid à Montréal. Elles permettraient aux joueurs de rester à l’abri des regards et de demeurer concentrés lors des entraînements, aurait-on répondu au maire Ménard.

«Si les partisans du Canadien peuvent assister aux entraînements de l’équipe, je ne vois pas pourquoi il n’en serait pas ainsi pour l’Impact de Montréal», fait plutôt valoir le maire Ménard.

Rappelons que l’entente entre les deux parties prévoyait que le club de soccer réalise quatre terrains de soccer, deux naturels et deux synthétiques, en plus de se porter acquéreur du bâtiment de l’ancien Théâtre sans fil. Le site sert de lieu d’entraînement pour les joueurs de la formation montréalaise.

Le projet représentant des investissements de plusieurs millions de dollars, tout le monde était gagnant, estime M. Ménard.

Du côté de l’Impact, la direction ne commentera pas le dossier avant de recevoir l’avis écrit de l’arrondissement.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus