Photo: Gracieuseté 60% du territoire visé par le PPU pour le secteur nord de Sainte-Anne-de-Bellevue sera conservé en tant que milieu naturel.

En 2017, Sainte-Anne-de-Bellevue amorcera un plan de développement qui bouleversera le paysage de son secteur nord. De 250 à 400 maisons en rangée et multiplex ainsi qu’un éco-campus d’emploi pour entreprises de «chimie verte» et nouvelles technologies, ce sont en tout 91 hectares qui doivent être développés d’ici 10 ans.

La municipalité présentait mercredi les détails de son programme particulier d’urbanisme (PPU) dans le cadre duquel 140 hectares situés dans la zone du développement seront conservés en tant que milieux naturels.

«Le réseau environnemental est une très grande préoccupation. Avant de tracer quoi que ce soit, il fallait prendre conscience de quels étaient les terrains à valeur écologique élevée. C’est un peu mère nature qui a dessiné le projet», blague l’urbaniste désigné par la Ville, Sylvain Gariépy.

La zone de développement résidentiel n’inclura pas de maisons unifamiliales. Ce sont plutôt des maisons en rangée de deux à trois étages et des multiplex de trois à quatre étages qui sont prévus.

La Ville a laissé entendre qu’environ 1,5 personnes par demeure s’ajouteront ainsi à la population de la municipalité, ce qui représentera, à terme, une augmentation de près de 10% de la population qui se chiffre présentement à près de 5000 âmes.

L’arrivée de nouveaux logements devrait procurer à la municipalité un afflux de deniers publics significatif au moment même où elle cherche des stratégies à moyen et long-terme pour compenser la perte de revenus de taxes découlant du transfert de la gestion de l’Hôpital Sainte-Anne pour anciens-combattants du gouvernement fédéral au provincial.

Zone industrielle
Un «éco-campus d’emploi» sera aménagé sur 43 hectares au nord du chemin Ste-Marie, à quelques pas de la future gare du futur Réseau électrique métropolitain (REM). La municipalité et le développeur espèrent y attirer une niche d’emploi de «chimie verte» et de nouvelles technologies.

Le campus sera aménagé en grappes de bâtiments d’emploi autour de nombreux espaces publics et verts, des lieux de rencontre et de détente.

Parc récréatif
Un parc à vocation récréative de plus ou moins 6000mV>2, une superficie un peu plus grande qu’un terrain de football, sera aménagé près de la démarcation entre les nouvelles zones industrielle et résidentielle.

De l’art et du mobilier public, des nichoirs à oiseaux, un marché, de la location d’équipement de plein air, de la cuisine collective, un café ou une coopérative de partage d’équipement sont envisagés pour un pôle communautaire dans le sud du nouveau développement.

En plus du prolongement du boulevard Industriel, le plan prévoit l’ajout de trois rues principales sur lesquelles se rabattront plusieurs autres rues plus petites. Le nouveau développement comprendra 10 culs-de-sac qui déboucheront sur des milieux naturels.

Le projet doit maintenant être adopté par le conseil municipal en février.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!