Isabelle Bergeron/TC Media Les étudiants du cégep Gérald-Godin se sont impliqués pour la première fois dans le dossier du projet Cap Nature avec une manifestation tenue en février 2016 devant le collège.

L’Association générale des étudiants du cégep Gérald-Godin (AGECGG) continue de se méfier des intentions de l’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro et de l’administration Coderre dans le dossier Pierrefonds-Ouest, dont les terrains pourraient servir au méga projet immobilier Cap Nature.

L’association, impliquée depuis un an, fait valoir que le territoire est unique dans sa biodiversité. «Il abrite des prairies humides, des marais, d’anciennes terres agricoles en friche, des forêts, la Rivière-à-l’Orme, des centaines d’espèces de plantes, d’oiseaux et d’animaux, dont certains sont menacés», peut-on lire dans un communiqué publié la semaine dernière en collaboration avec le groupe Sauvons l’Anse-à-l’Orme.

Des représentants étudiants sont allés à plusieurs reprises aux séances du conseil municipal de Pierrefonds sans toutefois obtenir de réponses convaincantes.

«On n’a pas confiance en ce conseil parce qu’il était présent à l’annonce du développement et appuyait le maire Coderre, disant qu’il voulait le développement. Lorsqu’il y a eu des motions de l’opposition pour rechercher d’autres zones à urbaniser davantage ou pour imposer un moratoire, les maires Jim Beis et Denis Coderre ont voté contre», souligne le vice-président aux affaires externes de l’AGECGG, Philippe Boucher en entrevue à TC Media.

M. Beis a récemment assuré vouloir respecter les recommandations de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM), même si cela signifie de faire une croix sur le projet. Cette déclaration n’a pas rassuré les étudiants.

«C’est sûr qu’on veut absolument que les recommandations de l’OCPM soient appliquées. Si le maire dit qu’il va dans ce sens-là, on va être satisfaits, mais on reste très méfiants par rapport à des promesses qui pourraient aller dans un autre sens», soutient M. Boucher.

Mobilisation
L’AGECGG se mobilisera pour les deux consultations publiques qui doivent se tenir au cours des prochains mois. Le vice-président aimerait ultimement voir l’arrondissement resserrer sa réglementation pour protéger les territoires visés par le projet Cap Nature.

«Ce sont des propriétés privées, mais on pense au bien commun, à la population, à l’environnement, on parle de changements climatiques. C’est possible de préserver sans passer par l’expropriation. On peut considérer que le [statut] de ce territoire ne doit pas bouger et ne pas accepter qu’on le développe même si ça appartient à d’autres personnes. Le pouvoir politique a cette possibilité», indique-t-il.

Le maire de Pierrefonds-Roxboro, Dimitrios (Jim) Beis, n’a pas répondu à nos questions avant l’heure de tombée.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!