François Lemieux/TC Media L'agente de développement d'AJOI, Tania Charron, espère que le projet de refuge pour itinérants pourra aller de l'avant le plus tôt possible.

Lancée en janvier, la campagne de financement pour un refuge d’itinérants de l’organisme Action jeunesse de l’Ouest-de-l’Île (AJOI) va bon train. L’organisme de travail de rue a déjà amassé une somme de 350 000 $ du montant total nécessaire à la construction de cette ressource d’hébergement.

AJOI a comme objectif d’amasser 1,75 M$ pendant cette campagne qui ne possède pas d’échéancier précis. L’organisme entend financer le reste des coûts de construction à l’aide d’un emprunt hypothécaire.

«Ça avance bien. Mais, on continue d’avoir deux appels par semaine de jeunes sans endroit où dormir», raconte l’agente de développement, Tania Charron.

L’organisme de travail de rue entend obtenir son financement pour la construction strictement de sources privées. Les gouvernements seront sollicités, mais seulement pour aider le refuge à fonctionner, une fois en opération. Le refuge coûterait environ 850 000 $ à exploiter chaque année.

C’est immoral d’amener les jeunes au centre-ville parce qu’on n’a pas d’endroit où les amener ici. On les déracine, on les marginalise, on brise leur filet social et on les expose à plus de facteurs de risque» – Tania Charron, agente de développement.

Un modèle d’économie sociale
L’organisme de travail de rue désire bâtir un immeuble de trois étages de 3000 pieds carrés chacun. Le premier étage serait dédié à des revenus locatifs commerciaux. Le refuge en tant que tel serait situé au deuxième étage. Au troisième étage, on trouverait un espace de travail partagé entre AJOI et d’autres organismes communautaires.

Le refuge devrait compter 14 chambres pouvant accueillir des gens de 18 à 30 ans.

L’offre d’hébergement serait accompagnée d’un plan suivi de trois mois comprenant des systèmes de support, dont la possibilité d’être référé au CLSC en cas de problème de santé mentale, référence au Carrefour jeunesse emploi ou D-Trois-Pierres pour réinsertion sociale, aide à la désintoxication, si nécessaire.

«On veut accompagner ces jeunes selon leurs besoins vers une démarche d’autonomisation», mentionne Mme Charron.

Contactée par TC Media, l’organisatrice communautaire du Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM), Alice Lepetit, voit l’initiative d’AJOI d’un bon œil.

«C’est encourageant de voir une réponse au manque de ressources d’hébergement d’urgence dans ce secteur. Les personnes en situation d’itinérance pourront maintenir les liens créés avec les ressources du milieu par exemple en aide alimentaire tout en ayant accès à un hébergement d’urgence dans le quartier ou elles vivent. Au niveau du lien de confiance et de la qualité de l’intervention globale et du suivi qu’on peut faire, c’est mieux», explique-t-elle.

Itinérance adulte
Le 1er décembre, AJOI signait une entente pour une subvention d’une valeur de 109 000 $ et d’une durée de 18 mois permettant d’ajouter deux travailleurs de rue à son équipe.

Les deux nouveaux intervenants travaillent désormais spécifiquement sur la problématique de l’itinérance dans l’Ouest-de-l’Île. La subvention permet à l’organisme, qui œuvre habituellement auprès des jeunes de 12 à 25 ans, d’intervenir également auprès des adultes.

«Les besoins augmentent. Des itinérants viennent cogner à notre porte. On n’a pas les installations qu’il faut et on aimerait ça les avoir pour venir en aide à ces gens. Ils existent, même si on ne les voit pas nécessairement», mentionne Mme Charron.

Aucune échéance n’a été fixée pour la construction du refuge.

Entreprises qui ont contribué au financement
Innoweave
PME Montréal West Island
Témiscom
Newad Media
Les Habitations P.L. Langevin
Fonds d’économie sociale de l’Ouest-de-l’Île
Hockey helps the homeless

Répartition des coûts de construction
Terrain: 500 000 $
Coûts de pré-construction: 200 000 $
Construction: 2,3 M$
Équipements: 100 000 $
Total: 3,1 M$

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!