François Lemieux/TC Média Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

L’urgence de l’Hôpital général du Lakeshore sera refaite d’ici cinq à sept ans, un chantier qui requerra un investissement d’environ 90 M$ du gouvernement québécois.

«Nous allons construire un nouveau bâtiment aux normes. En général, quand on fait ça, on triple la superficie de l’immeuble parce que les normes d’aujourd’hui sont tellement loin de celles du passé», a indiqué le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, en conférence de presse à l’hôpital de Pointe-Claire, le 23 avril.

Québec a annoncé une enveloppe monétaire immédiate de 1,5 M$ pour la première phase de démarrage du projet, c’est-à-dire la création du dossier d’opportunité, une étape qui s’étalera jusqu’en 2019.

Dans ce document, le Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île déterminera la configuration sommaire de l’urgence, dont le nombre de civières.

Déjà, l’administration a prévu une zone d’évaluation rapide plus spacieuse et davantage de civières dans l’aire de choc, en plus d’un salon des familles. Chaque civière sera dotée d’un moniteur physiologique, d’un espace privé et d’un siège pour les visiteurs.

L’administration procédera ensuite à l’élaboration de son dossier d’affaires, qui inclura les plans et devis servant à l’appel d’offres.

«C’est une annonce qui est un point de non-retour. Le projet est inscrit au Plan québécois des infrastructures et, dès aujourd’hui, l’hôpital peut commencer. Ce projet est provisionné et se réalisera dans les plus courts délais possibles», souligne M. Barrette.

La phase de construction en tant que telle devrait durer au moins trois ans.

Projet attendu
Député de la circonscription de Jacques-Cartier depuis 1994, Geoffrey Kelley affirme, quant à lui, avoir commencé à faire pression auprès du gouvernement pour qu’il rénove la salle d’urgence du Lakeshore longtemps avant que M. Barrette n’arrive en politique, en 2014.

«Ça fait de 10 à 15 ans qu’on parle de ça. C’est un hôpital construit en 1965 pour une population de jeunes familles de 100 000 personnes. On a maintenant une population plus vieillissante avec des besoins spéciaux. On peut dire que la salle d’urgence est passée date. C’est très important de moderniser. C’est un fantastique pas en avant pour l’Ouest-de-l’Île», fait-il valoir.

La salle d’urgence de l’Hôpital général du Lakeshore est une des plus achalandées de Montréal pour les cas de crise, recevant plus de 40 000 visites annuellement selon les données de Index Santé, qui fournit les statistiques sur le taux d’occupation des urgences au Québec.

Manifestation

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) a tenu une manifestation, la semaine dernière, en marge de la conférence de presse annonçant la transformation de l’urgence du Lakeshore.

La responsable politique dans l’Ouest-de-l’Île pour l’APTS, Josée Asselin, déplore le manque de soutien et d’écoute offert aux professionnels de la santé. Un récent sondage révèle que 62% de ses membres présentent un indice élevé à très élevé de détresse psychologique au CIUSSS.

«On ne voit que des réinvestissements en infrastructures, mais rien sur les services directs pour soutenir les travailleurs en détresse. Ils n’ont pas d’influence sur leur travail, ne sont pas écoutés. Il manque de gens sur le terrain. On demande aux travailleurs de voir plus de clients sans donner plus de ressources. Quand on propose des solutions, elles ne sont pas retenues», souligne-t-elle.

L’APTS compte un peu plus de 2000 membres au CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!