François Lemieux/Cités Nouvelles À titre de directrice des opérations et finances, Caroline Bourque s'occupe de la gestion de tous les départements.

Le Zoo Ecomuseum fête ses 30 ans cette année. Depuis ses débuts, en 1988, l’attraction de Sainte-Anne-de-Bellevue a plus que quintuplé son nombre de visiteurs, passant d’environ 25 000 à 145 000 l’an dernier. Ayant débuté comme bénévole il y a une vingtaine d’années, Caroline Bourque, aujourd’hui directrice des opérations et finances, a assisté aux nombreux progrès du zoo.

Si le nombre de programmes et d’activités offertes a considérablement augmenté, il en est de même pour le nombre d’espèces, qui est passé de près de 75 aux débuts du zoo à près d’une centaine aujourd’hui.

«J’ai vu l’organisation passer de petit bijou caché à un bijou extraordinaire qui mérite d’être valorisé. On est fier de ce qu’on fait aujourd’hui parce qu’on a réussi à faire tout ça sans changer notre âme», indique-t-elle.

Lorsque Mme Bourque a commencé de s’impliquer, le zoo comptait huit employés. Ce chiffre est maintenant passé à près de 50 en plus d’une cinquantaine de bénévoles.

«Ça a beaucoup changé en tant qu’organisation. Mais on demeure une activité familiale écoresponsable un petit peu différente. Les gens nous disent qu’on n’est pas vraiment un zoo. Il y a des animaux et on peut venir en apprendre sur eux. Mais on n’a pas le côté commercial qu’on voit souvent dans les zoos. Venir ici, c’est comme une marche en nature», souligne-t-elle.

Mission éducative
La mission éducative du zoo du chemin Sainte-Marie représente une très grande part de sa mission, qui consiste notamment à favoriser les pratiques écoresponsables chez les visiteurs.

«En plus de faire voir les animaux aux visiteurs, on se doit aussi de leur faire vivre un apprentissage. On travaille à ce que lorsqu’on repart d’ici, on en a appris sur les différents animaux, fait-elle valoir. On veut que notre communauté connaisse ce qui vit ici. Pour protéger ce qui nous entoure, il faut comprendre ce qui nous entoure».

Par ailleurs, Mme Bourque souligne que ce que les gens voient du zoo ne représente qu’une partie de ce qui fait son essence.

«On fait beaucoup de projets de recherche à l’extérieur. On a des biologistes, une équipe complète qui travaille dans les projets de conservation à l’extérieur du zoo. Ils sont dans les milieux humides, les terrains, les forêts, les rivières. Ils travaillent à conserver les espèces qu’on a ici et qui sont les plus vulnérables», précise-t-elle.

Le zoo n’accueille que les animaux blessés ou nés en captivité ne pouvant être réhabilités en nature. On y retrouve de nombreux animaux de la faune québécoise tels des aigles, hiboux, faucons, ours noirs, loups gris, caribous, reptiles, amphibiens, poissons et mammifères nocturnes.

Programmation estivale
Le Zoo Ecomuseum propose une programmation estivale lors de laquelle les visiteurs pourront participer à des animations spéciales.

Cinq fois par jour, le zoo offre des présentations portant sur les différents animaux qu’il héberge. On pourra notamment en apprendre plus sur le régime alimentaire du renard arctique, les habitudes hivernales du raton laveur ou pourquoi les tortues du Québec sont menacées.

Comme le zoo se donne principalement comme mission d’éduquer les enfants sur les problématiques auxquelles font face la faune et la flore québécoise, on offre donc, lors de la période estivale, la possibilité aux jeunes de 5 à 11 ans de passer une semaine à en apprendre plus sur la faune et la flore sauvage du Québec.

Concrètement, les participants obtiennent la chance d’interagir directement avec les animaux et de découvrir la nature qui les entoure. Ils peuvent entre autres apprendre comment assurer le bien-être des pensionnaires du zoo, préparer des enrichissements pour différents animaux, incluant les ours noirs, les loups gris ou encore les tortues.

On leur fait aussi découvrir de véritables techniques utilisées par les scientifiques pour protéger les animaux en milieu naturel, partir à la découverte d’un écosystème forestier et de ce qui s’y cache.

Pour les enfants de 5 à 6 ans qui sont membres du zoo, il en coûte 105 $ pour une semaine de demi-journées. Pour les 6 ans et plus, le tarif est de 190 $ pour une semaine de journées complètes.

Pour les non-membres, le tarif est de 115 $ pour les 5 à 6 ans et 210 $ pour les 6 ans et plus.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!