Une fillette de 16 mois s’est noyée, mercredi matin, dans une piscine creusée résidentielle de la rue du Labrador à Kirkland.

Un appel a été reçu au 911 à 9h40. Une fois sur les lieux, les ambulanciers ont pratiqué des manoeuvres de réanimation sur la fillette, sans succès. La mort de l’enfant a été constatée environ une heure après à l’Hôpital général du Lakeshore.

Le drame serait survenu alors que la mère effectuait des tâches dans la maison. Elle est montée au deuxième étage une dizaine de minutes en pensant que sa fille regardait la télévision. Lorsqu’elle est descendue, la fillette était absente et la porte patio donnant sur la cour arrière était entrouverte. La jeune mère a trouvé son enfant inanimé dans la piscine creusée quelques instants après.

Selon le porte-parole d’Urgences-santé, Stéphane Smith, la mère était seule avec sa petite au moment de la noyade. M. Smith a aussi confirmé que la piscine creusée n’était pas clôturée.

Les enquêteurs du bureau du coroner et du Service de police de la Ville de Montréal se sont rendus sur les lieux pour examiner la scène. Tout indique qu’il s’agit d’un accident.

La présence de nombreux journalistes et véhicules de police dans ce petit quartier tranquille a attiré voisins et curieux. «J’ai entendu un cri quand les ambulanciers sont arrivés», raconte une voisine, sous le choc. «C’était la voix de la mère», assure-t-elle.

Plusieurs voisins ont dit être inquiets par la recrudescence du nombre de noyades dans la province.

Il s’agit de la 40e noyade au Québec depuis le début de l’année, soit 15 de plus que l’an passé à pareille date.

Piscine non clôturée

Selon la nouvelle réglementation du ministère des Affaires municipales du Québec, une enceinte d’au moins 1,2 mètre de hauteur doit entourer toute piscine creusée afin d’en empêcher l’accès direct aux enfants.

La cour de la résidence de la rue du Labrador est clôturée, mais aucune barrière n’entoure la piscine pour en bloquer l’accès à partir de la maison.

Dans ce cas-ci la loi ne s’applique pas, car la piscine existait avant l’entrée en vigueur des nouvelles normes en 2010.

«Nager pour survivre»

Par ailleurs, le gouvernement du Québec a annoncé qu’il inciterait les directions d’écoles primaires à implanter le programme «Nager pour survivre».

Ce programme permet aux enfants d’acquérir les compétences minimales pour faire face à une situation d’urgence dans l’eau.

Il devrait être mis en œuvre à partir de la 3e année du primaire dès la prochaine rentrée scolaire.

Le gouvernement prévoit dépenser 2 M$ pour payer les coûts de transport, de location de piscines et les salaires des moniteurs.

Le programme a déjà fait ses preuves par le passé avec un projet-pilote mené dans des écoles primaires du Québec. Un bon pourcentage de jeunes se débrouillait beaucoup mieux dans l’eau après avoir suivi la formation.

La Société de sauvetage a salué cette décision du gouvernement.

 

 

 

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus