Le personnel médical du CHU Sainte-Justine a apporté plus de 400 peluches usagées dans le hall d’entrée principale, jeudi midi, afin de les envoyer aux élus de l’Assemblée nationale. Infirmières, dentistes, pharmaciens et médecins veulent ainsi poursuivre leur bataille contre le fusionnement de l’administration de leur établissement au Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM).

Chacun des 125 députés provinciaux recevra par la poste l’une de ces peluches avec une inscription comme «Un bisou pour le Québec», «Avec Sainte-Justine, c’est toutou rien», «Vive Sainte-Justine libre et autonome!».

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette et le premier ministre Philippe Couillard auront droit quant à eux à un contingent spécial d’ici le congé des Fêtes.

«On veut envoyer un message que le CHU Sainte-Justine a besoin de sa propre direction et de son propre conseil d’administration et pdg. On espère que ça les fera réfléchir sur l’avenir de l’hôpital», soutient la présidente du Conseil des médecins, des dentistes et pharmaciens (CMDP), Dre Valérie Lamarre.

Pour chaque toutou recueilli, le CMDP remettra un don de 2$ à la campagne du Grand Sapin de la Fondation du CHU Sainte-Justine.

Réseaux sociaux

Depuis octobre, le CMDP et des syndicats d’infirmières mènent une campagne sur les réseaux sociaux pour demander au ministre Barrette de revenir sur sa décision.

Ils craignent que Sainte-Justine se noie dans le «grand CHUM» et perde des ressources qui pourraient l’aider à se développer.

Depuis septembre 2015, le Dr Fabrice Brunet, qui était à la tête de l’hôpital pédiatrique du chemin Côte-Sainte-Catherine, occupe les fonctions de président-directeur général des deux établissements.

Le ministre de la Santé y voyait une façon d’assurer une continuité de soins entre l’enfance et l’âge adulte. Il s’est toujours défendu d’empêcher chacun des établissements d’avoir sa propre identité.

D’autres actions pour dénoncer la fusion sont à prévoir.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!