(Karina Sanchez/ TC Media) L'attribution de constats d'infraction auprès des automobilistes d'Outremont a augmenté de près de 20% depuis un an.

Depuis le début de l’hiver, l’arrondissement d’Outremont a émis 964 constats d’infraction aux automobilistes, en lien avec des véhicules stationnés sur la voie publique lors d’opérations de déneigement. Cela représente une augmentation de près de 20% en un an, et l’hiver n’est pas terminé.

La saison dernière, Outremont avait distribué 784 constats à des automobilistes fautifs. Selon des données obtenues par TC Media, l’arrondissement a déjà remis 179 amendes de plus que l’an dernier, et ce, avec encore un mois de saison froide à venir.

Si la tendance se maintient, l’arrondissement pourrait aisément finir l’hiver au-dessus de la barre des 1000 constats d’infraction attribués aux automobilistes du secteur ayant omis de respecter les signaux d’interdiction pour le stationnement.

250 contraventions en 48 heures

Les données fournies à TC Media concernent la période allant du 12 décembre 2014 au 13 février 2015. La période la plus lucrative de l’hiver pour l’arrondissement a indéniablement été du 31 janvier au 1er février. À elles seules, ces deux journées ont permis l’attribution de 252 amendes.

Porte-parole de la Ville de Montréal, Jacques-Alain Lavallée, a confirmé que le montant d’un tel constat d’infraction est de 136$. De ce montant, 50$ va au remorqueur. Ainsi, la somme cumulée par Outremont, cette année, a été d’environ 82 904$. Soit près de 16 000$ de plus que l’hiver dernier.

Sylvain Leclerc, chargé de communication d’Outremont, signale que les recettes des constats ne sont pas versées à l’arrondissement directement, mais bien à la ville centre. Cette dernière renvoie par la suite un pourcentage à Outremont. «Le montant recueilli dépend, toutefois, du nombre de contestations faites en cour municipale», ajoute-t-il.

Au moment de mettre sous presse, la ville centre n’avait toujours pas été en mesure de nous fournir des données exactes à cet effet.

Les constats d’infraction sont distribués par un agent de la Sécurité publique, qui accompagne un remorqueur afin de s’assurer que les voies sont libérées pour les opérations de déneigement. Lorsqu’un véhicule est stationné illégalement, il est déplacé à quelques rues plus loin, afin de ne pas nuire à l’opération en cours. Pour retrouver leurs voitures, les propriétaires peuvent appeler le 311 ou encore appeler la Sécurité publique.

Entreprise privée et cols bleus
Pour déneiger son réseau artériel, l’arrondissement d’Outremont fait appel aux services de l’entreprise privée NRJ depuis de nombreuses années.

Celle-ci est responsable de l’épandage d’abrasifs sur les trottoirs, du déblaiement des rues et du chargement de la neige pour l’envoyer au dépotoir. Les opérations de chargement s’effectuent habituellement vers 19h pour se terminer vers 6h.

Les cols bleus de la Ville de Montréal interviennent, quant à eux, dès le début des précipitations, car ils sont responsables des premières interventions. Ils répandent des fondants et des abrasifs sur les rues principales et aux intersections. Ils déblaient aussi les voies publiques, les trottoirs et les ruelles à l’aide de petits appareils. «Outremont déneige entièrement ses ruelles, ce qui n’est pas le cas ailleurs à Montréal», souligne Sylvain Leclerc.

Procédures de déneigement
Quand il y a une chute de neige, à partir de 2,5cm, ce sont les voies publiques et les trottoirs qui sont déblayés. Lorsqu’on dépasse les 10cm de neige, «la décision de procéder au chargement est prise en prenant compte de divers paramètres, dont la prévision des prochaines précipitations», précise M. Leclerc. L’intervention pour le déneigement peut prendre entre 48 et 72 heures et les panneaux interdisant le stationnement doivent être placés au moins quatre heures avant le début des opérations dans des endroits ciblés.

Les premiers espaces à être déneigés sont les artères commerciales, les abords des écoles, ainsi que les trajets d’autobus, souligne le chargé de communication d’Outremont; ainsi que les trottoirs, lors d’une tempête, pour contrer un surplus de neige sur le chemin des piétons. Toutefois, l’épandage d’abrasifs et de fondants sur les trottoirs est privilégié lorsque des précipitations abondantes sont anticipées.

 

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus