Auto-mobile stationnera dès mardi de nouvelles autos dans les zones sans vignette des quartiers Hochelaga, Maisonneuve, Villeray et Outremont. «Ce sont des secteurs où il n’existe pas de contrainte de stationnement, où aucune vignette de stationnement n’est nécessaire», a déclaré lundi, Benoit Robert, le PDG de Communauto qui gère le service Auto-mobile.

«C’est une excellent nouvelle vu que certains arrondissements ne veulent pas déployer la vignette 403», a déclaré Laurence Lavigne-Lalonde, élue de Projet Montréal dans l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve. Cette dernière, comme d’autres utilisateurs de son arrondissement, utilisaient déjà le service offert par Car2go et Auto-mobile mais devait garer l’auto louée aux frontières de la zone autorisée, soit dans Rosemont–La Petite-Patrie.

Malgré les pressions des utilisateurs, les trois arrondissements concernés étudient toujours l’instauration de la vignette universelle 403 permettant de stationner, sans restriction, les autos en libre-service dans les zones résidentiel. Ils attendent aussi le dévoilement de la stratégie officielle de l’administration Coderre avant de préciser leurs stratégie de déploiement. Cette dernière sera dévoilée mardi par le maire Denis Coderre. Il s’agirait d’un appel de propositions en vue de l’instauration d’un système électrique d’autos en libre-service.

Actuellement le service AutoMobile fonctionne avec des autos électriques et hybrides alors que les Smart du concurrent car2go roulent à l’essence. Même si dans certaines villes l’entreprise, filiale de Daimler, propose des Smart électriques, ce n’est pas le cas à Montréal. Son porte-parole Jérémi Lavoie commentera le dossier demain, à la suite de l’annonce du maire.

En comptabilisant son service en boucle avec réservation (Communauto classique), qui prendra lui aussi de l’ampleur, l’entreprise montréalaise ajoutera 350 autos sur le territoire de l’agglomération en 2015. Pour l’instant le centre-ville et l’aéroport ne font pas partie des plans d’expansion. «On a toujours comme stratégie de se déployer de façon graduelle», indique Marco Viviani, porte-parole de Communauto qui dit ne pas vouloir heurter l’industrie du taxi ou de la STM dans les secteurs sensibles.

Outre l’achat de 10 Chrevolet Volt, le déploiement de Communauto et d’Auto-mobile passera par l’instauration d’une application de covoiturage urbain permettant de trouver des passagers pour partager les frais, à l’image de ce qu’offre déjà Amigo Express pour des trajets plus longs au Québec. «Quand on aura terminé de libérer toutes nos données en format ouvert et structuré, on se branchera à un hackathon pour favoriser la création d’une application», indique M. Viviani.

Selon des données de 2010 compilées par l’école Polytechnique, 81,4% des usagers de Communauto ont vendu ou retardé l’achat d’un auto depuis qu’ils sont inscrits, ce qui équivaut à retirer 12 089 véhicules du parc montréalais. Pour arriver à ce résultat, Communauto ne comptait à l’époque que sur une flotte de moins de 1000 véhicules.

Les quatre nouveaux quartiers couverts (en vert)

Nouveaux secteurs AutoMobile

  • L’est du marché Maisonneuve
  • Le secteur du métro Préfontaine
  • L’ouest d’Outremont
  • Le quartier Villeray

 

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!