Mario Langlois /Collaboration spéciale Le 1420, boulevard du Mont-Royal.

La Cour d’appel du Québec a rejeté mercredi la demande de permission d’appel du Rassemblement pour la sauvegarde du 1420, Mont-Royal sur leur requête en injonction qui visait l’arrêt des travaux de démolition et de désamiantage entrepris par l’Université de Montréal au 1420.

Le Rassemblement voulait aller en appel du jugement rendu le 5 août par Marc-André Blanchard à la Cour supérieure du Québec.

«Nous sommes très déçus, mais nous continuons de croire qu’un jour ce bâtiment deviendra une cité étudiante et qu’il demeurera dans le giron communautaire, souligne Denyse Vézina, vice-présidente du Rassemblement pour la sauvegarde du 1420, Mont-Royal. Privatiser et convertir ce pavillon en condos de luxe va à l’encontre de l’histoire du développement de l’arrondissement historique et naturel du mont Royal.»

Mercredi soir, les trois parties ont été limitées à un exposé de 20 minutes devant le juge Nicholas Kasirer. Vu la complexité du dossier, celui-ci a d’abord indiqué que quelques jours pourrait être nécessaires pour délibérer, mais il a finalement prononcé son jugement le soir même.

Le juge de la Cour d’appel a considéré que l’intérêt de la plaignante, Mariette Major, de même que les préjudices irréparables qu’elle alléguait ne se qualifiaient pas pour lui permettre d’en appeler sur la décision de M. Blanchard.

Pour l’Université de Montréal, ce rejet est une excellente nouvelle puisque les travaux de désamiantage amorcés en juillet dernier peuvent se poursuivre.

La première comparution, dans le cadre du dossier traitant de la question du zonage, est prévue pour le 10 septembre.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus