Le maire de Montréal-Est promet des efforts à la suite d’un récent rapport qui montre que l’an dernier, chaque Montréalestois produisait plus d’ordures et moins de matières récupérables que les résidents des autres villes liées et des 19 arrondissements montréalais, une situation qui a même empiré en deux ans.

«Nous sommes tout à fait conscients de la situation et avions d’autres choix à faire et priorités à régler avant de contribuer davantage à l’ensemble du programme de gestion des matières résiduelles», a fait valoir Robert Coutu dans une déclaration transmise mercredi à TC Media.

Selon le Portrait 2016 des matières résiduelles de l’agglomération de Montréal, publié lundi, la Ville de Montréal-Est produisait 430 kg d’ordures ménagères par personne, par an, le ratio le plus élevé de l’agglomération. En comparaison, le deuxième ratio le plus élevé, celui de la ville de Baie-d’Urfé, était de 370 kg et celui de l’agglomération était de 249 kg.

Pour ce qui est des matières recyclables (84 kg) et des matières organiques (25 kg) par personne, par an, Montréal-Est en produisait soit autant (83 kg), soit moins (36 kg) que l’agglomération.

Pire qu’en 2014
Il s’agit d’une détérioration par rapport au rapport précédent le plus complet, publié deux ans auparavant.

Selon le Portrait 2014 des matières résiduelles de l’agglomération de Montréal, la municipalité produisait moins d’ordures ménagères (392 kg) et plus de matières recyclables (98 kg) ou organiques (28 kg) par personne, par an.

Question de priorités
«Consciente» de la situation, la ville industrielle avait «d’autres choix à faire et priorités» à régler.

«Il fallait, par exemple, tout d’abord régler la décontamination des sols, la mise à jour de nos parcs, bâtiments et infrastructures pour développer notre ville et assurer notre offre de service aux citoyens», a fait valoir le maire Robert Coutu dans sa déclaration.

La Ville compte mieux trier ses déchets dans les endroits publics «prochainement» et instaurer le ramassage des déchets organiques (résidus alimentaires et autres) en avril 2018.

«Nous ferons définitivement des efforts supplémentaires au cours des prochains mois pour atteindre nos objectifs.»
– Robert Coutu

D’autre part, elle prévoit accueillir, dès 2020, un centre de biométhanisation et un centre pilote de prétraitementement des ordures ménagères, deux de cinq centres de traitement des matières organiques (CTMO) à naître dans l’agglomération montréalaise.


Ville industrielle
Les industries, commerces et institutions (ICI) fournissent à la Ville de Montréal-Est pas moins de 94% des recettes des recettes de son budget 2017, selon le maire Coutu. Les ICI occupent aussi 85% des 40 km de rue de la ville de quelque 3850 résidents.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!