www.mtlunescodesign.com Situé sur la 94e Avenue, à l’intersection de la rue Bellerive, l'emplacement de la future plage s’étend sur plus de 1,2 hectare, le long du fleuve Saint-Laurent.

Les premiers travaux d’aménagement de la plage de l’Est devraient commencer cet automne. Un appel d’offres a été lancé par la Ville de Montréal afin de sélectionner la firme qui devra concevoir et réaliser les divers aménagements requis.

Situé dans le quartier de Pointe-aux-Trembles, sur la 94e Avenue, à l’intersection de la rue Bellerive, l’emplacement de la future plage, jadis occupé par la marina Beaudoin et vacant depuis plus de dix ans, s’étend sur plus de 1,2 hectare.

Ce projet ambitieux mené par l’arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles et la Ville de Montréal, visant à mettre en valeur le littoral, permettra aux citoyens d’accéder aux plans d’eau et de pratiquer des activités sportives ou récréatives, été comme hiver.

Aménagements le long du fleuve

Plusieurs aménagements seront réalisés tels que l’arpentage d’une jetée, la construction d’une promenade et l’aménagement de trottoirs en bois sur toute la longueur du fleuve. Deux terrains de volley-ball et un pavillon de parc de près de 200 m2 seront également bâtis.

Le pavillon de parc prévoit une salle de repos, des sanitaires, des casiers de rangements, ainsi qu’une terrasse extérieure partiellement recouverte. Les matériaux et l’aspect général devront être déterminés par les contractants.

Dans le cadre de son programme gouvernemental Climatsol – un programme d’aide financière à la réhabilitation environnementale – la Ville s’est ainsi engagée à végétaliser le site sur au moins 25% de sa superficie. De nombreuses plantations et un nivellement du secteur seront ainsi effectués autour du site.

L’appel d’offres, lancé le 30 mai dernier, prévoit d’octroyer les contrats aux professionnels sélectionnés dès le mois de juillet afin que les travaux puissent démarrer en octobre 2016.

Les esquisses du cabinet d’architecture Ruccolo + Faubert architectes inc. & Ni conception, qui avaient remporté le concours de design organisé conjointement par le Bureau de design de la Ville de Montréal et l’arrondissement en 2013, serviront d’inspiration pour ces travaux. Comme stipulé dans l’appel d’offres, les «contractants devront veiller à ce que ses concepts, livrables et services respectent l’esprit du projet».

Une patinoire pourrait aussi voir le jour sur le site, à l’hiver 2017. Mais des études préalables restent toutefois nécessaires.

Une démarche de développement durable

La plage de l’Est, qui s’inscrit dans une démarche de développement durable, devra cependant réaliser une série d’aménagements à l’intérieur de la rive, du littoral et des plaines inondables.

Bien que planifiés pour l’automne 2017, les travaux réalisés en rive nécessiteront une certification du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDERCC).

Une modification du schéma d’aménagement et de développement de l’agglomération de Montréal devra également être soumise devant le comité de l’agglomération, le 22 juin prochain. Le ministère des Affaires municipales engagera ensuite toutes les vérifications nécessaires sur la faisabilité et la régularité du projet.

«L’arrondissement pourra modifier sa réglementation d’urbanisme afin d’intégrer cette dérogation et assumer la conformité du projet à son cadre réglementaire», explique Yann Lessnick, conseillé en planification à la Direction du développement du territoire et des études techniques.

«Nous travaillons avec le ministère de l’Environnement depuis 2013 et nous avons une bonne réceptivité sur ce projet. Cela m’étonnerait beaucoup s’il y avait une obstruction majeure. C’est une berge qui respecte toutes les règles et la proposition d’aménagement a déjà été jugée admissible», soutient Pascale Léger, Chef de section en conception de parcs à la Direction du développement du territoire et des études techniques.

Des projets de décontamination et de réhabilitation des sols sont notamment prévus, ainsi que des travaux de révision du réseau d’égouts et d’aqueduc du secteur.

«Beaucoup d’efforts sont faits en périphérie du site avec le réseau d’égouts en prévision d’améliorer la qualité de l’eau. Un programme d’analyse et de contrôle régulier de l’eau de baignade sera bien entendu mis en place», complète-t-elle.

Le projet, disposant d’un budget total estimé à environ 4 M$ de dollars, s’inscrit dans le Plan bleu vert adopté en mai 2013 par le conseil d’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles visant la gestion des rives de la rivière des Prairies et du fleuve Saint-Laurent.

«Il y a vraiment un gros avantage au niveau environnemental avec ce projet. La plaine inondable sera notamment agrandie, ce qui veut dire un habitat plus étendu pour les poissons du fleuve. L’eau sera aussi plus saine en raison des analyses et la végétation que nous allons planter permettra de stabiliser les sols», conclut Pascale Léger.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!