Archives TC Media Les 200 logements sociaux prévus sur la station de métro Rosemont verront le jour avec au moins deux ans de retard.

Prévus pour 2017, les 200 logements sociaux qui devaient voir le jour au-dessus de la station de métro Rosemont ne seront pas livrés avant 2019.

«Le projet va de bon train. C’est très complexe de construire sur une station de métro, cela demande donc un peu de fignolage à la fin», assure Mathieu Vachon, directeur des communications pour l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM).

Selon ce dernier, il ne reste plus qu’à réviser les plans et devis du bâtiment de 10 étages et 193 unités de logements sociaux. La complexité du projet et le remaniement des plans avaient déjà été cités en 2015 pour justifier une première année de retard.

L’échéancier initial semble désormais improbable, puisque M. Vachon confirme que les premiers coups de pelle n’auront pas lieu avant l’automne 2017, et que le chantier doit durer au moins deux années.

Le projet de l’OMHM devrait cependant rester dans le budget estimé à ses débuts à 70 M$.

L’Office entend également y déménager 300 employés dans de nouveaux bureaux.

Si l’idée de construire au-dessus d’une station de métro apporte son lot de défis, notamment à cause de la présence d’une boucle routière déjà présente pour la circulation des autobus, le jeu en vaut la chandelle, selon M. Vachon.

«Pour les personnes âgées qui y vivront, c’est idéal, parce qu’elles se trouvent à côté des autobus et du métro. Nous voulons aussi favoriser les transports collectifs auprès de nos employés», note le directeur des communications de l’OMHM.

Manque criant de logement social dans le quartier
La situation dans le quartier en ce qui a trait aux logements abordables n’a rien de reluisant, selon Martin Blanchard, organisateur communautaire au Comité Logement de La Petite-Patrie.

«Seulement 5,7% du stock de logements est constitué par du social et du communautaire dans La Petite-Patrie. À titre comparatif, la moyenne montréalaise s’établit à 10%», souligne M. Blanchard.

L’état des lieux est d’autant plus problématique selon ce dernier, car depuis 2002 un maigre 4 % de l’ensemble des logements sociaux à Montréal a été construit dans le quartier.

«Il y a 6500 ménages dans La Petite-Patrie qui auraient besoin de logement social ou communautaire, si on se fie on nombre de personnes dans le secteur qui déboursent plus de 30 % de leur salaire pour payer leur loyer», affirme l’organisateur communautaire.

Selon les données fournies par le Comité Logement de La Petite-Patrie, on retrouve1438 logements sociaux ou communautaires sur son territoire. De ceux-ci, 614 sont des habitations à loyer modique (HLM), 487 proviennent d’organismes à but non lucratif et 337 font partie de coopératives de logement.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus