Archives / Facebook Le Petit Marché de l’Est devient une coopérative et compte proposer une offre plus complète.

Après quatre mois d’inactivité, la fruiterie et épicerie de quartier va reprendre ses activités avec une nouvelle formule.

L’ancien organisme à but non lucratif va devenir une coopérative et souhaite élargir son offre pour répondre aux attentes de la population.

« Il y avait plus de 3000 passages par mois, mais le panier moyen était entre 5$ et 7$, l’idée est donc de proposer quelque chose d’assez large pour permettre aux gens de faire toutes leurs courses au même endroit », explique Agathe Lehel, la nouvelle présidente du conseil d’administration du Petit Marché de l’Est.

En grande difficulté financière, ce projet d’économie sociale avait dû fermer ses portes en février après quatre années d’activité. Le quartier était redevenu un désert alimentaire selon la définition de la Direction de la santé publique de Montréal, puisque les habitants ne bénéficiaient d’aucun commerce de fruits et légumes à moins de 500 mètres.

Spécialiste de l’analyse d’activités, Agathe Lehel a donc décidé de se mobiliser pour développer de nouveaux partenariats et relancer l’épicerie.

« On passe le relais à une nouvelle équipe dynamique qui répond aux enjeux. C’est un projet essentiel qu’on n’a pas su viabiliser donc il fallait adapter ce modèle », salue Denis Leclerc, le directeur général de la corporation de développement communautaire de Rosemont qui prenait part à l’ancien projet.

Des partenariats ont été développés avec Andréanne Laurin de l’épicerie zéro déchet LOCO et Salvatore Furino des épiceries biologiques C’est la vie pour avoir une zone de produits en vrac et une autre de produits frais, fruits et légumes. Le Petit Marché de l’Est bénéficie aussi du soutien d’acteurs spécialisés dans l’achat et la livraison afin d’être mis en relation avec les producteurs locaux. La nouvelle structure collabore également avec plusieurs réseaux alimentaires de la région afin de coordonner leurs objectifs.

« Il y a plein de gens qui nous donnent un coup de pouce et qui y gagnent aussi dans leurs activités, c’est super cool », se réjouit Agathe Lehel.

Les produits ont été testés lors de ventes flash durant le mois de juin et la coopérative ambitionne de mettre l’accent sur les circuits courts afin de fournir de la qualité à moindre coût.

L’épicerie espère rouvrir début juillet pour profiter de la saison estivale, mais cela va dépendre des différentes levées de fonds. Une campagne de sociofinancement sera lancée sur le site La Ruche et une page a été ouverte dans l’espace collectif Desjardins pour lister les besoins et demander des contributions. Enfin, des démarches ont été engagées pour obtenir des prêts et aides auprès d’une banque et de bailleurs de fonds pour le communautaire.

Dans son nouveau modèle d’activité, le Petit Marché de l’Est envisage aussi de développer des ateliers éducatifs autour du développement durable, de créer une cuisine pour revaloriser les invendus en smoothies, jus et soupes et d’ouvrir un espace détente pour proposer des cafés, thés et boissons.

Offrir de son temps contre des réductions
Dans ce nouveau système de coopérative, le Petit Marché de l’Est est à la recherche de bénévoles qui seront récompensés par des réductions sur leurs paniers d’épicerie. Ce modèle est inspiré du Park Slope Food Coop de Brooklyn à New York et les personnes intéressées pourront venir travailler trois ou quatre heures par semaine pour bénéficier de ces rabais.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!