Archives L'OMPAC, qui vient en aide aux personnes atteintes de cancer, fermera ses portes à la fin de l'année, par manque d'argent et coupe de la subvention en provenance de Centraide. 
L’arrivée du Nouvel An n’est pas synonyme de renouveau pour tout le monde: l’organisation multiressources pour les personnes atteintes de cancer (OMPAC) fermera ses portes le 31 décembre, après 31 ans de services. Le manque d’argent et la coupe d’une importante subvention en provenance de Centraide en sont les causes principales.

 

Le 13 novembre, OMPAC a vécu la dernière assemblée générale de son histoire. Une semaine plus tard, le conseil d’administration entamait toutes les étapes nécessaires à la dissolution de l’organisme.

« On a plus le choix; notre subvention provenant de Centraide, qui représentait le tiers de notre financement annuel, ne sera pas renouvelée en mars prochain. On a tenté de se tourner de bord et de trouver d’autres bailleurs de fonds, mais sans succès », laisse entendre Colette Coudé, directrice générale de l’OMPAC.

Celle-ci affirme d’ailleurs que Centraide a montré une « grande insensibilité » au problème financier de l’organisme.

« On nous a dit qu’il fallait faire des choix et que les organismes œuvrant en santé physique n’étaient plus leur priorité. On est sept dans cette situation. On perd au total 700 000$ en subvention. Ils [les gens chez Centraide] disent qu’on doit maintenant passer par le ministère de la Santé et des Services sociaux. Eux, ils veulent désormais concentrer leurs efforts sur ce qu’ils appellent « les générations montantes ». La réalité, c’est qu’on nous met en danger de mort pour économiser 700 000$. Il semble que combattre la maladie et la pauvreté qui en découle n’est plus un axe d’actions de Centraide », déclare Mme Coudé.

Du côté de Centraide, on souligne que ce n’est pas sept, mais bien six organismes œuvrant tous en santé physique qui ne recevront plus de subvention à partir de l’an prochain.

« La décision a été prise il y a déjà trois ans par le conseil d’administration de concentrer les allocations dans des domaines plus restreints et ainsi avoir un plus grand impact direct pour aider à briser le cercle de la pauvreté. On a alors averti les différents organismes touchés par cette décision, tout en continuant de les accompagner financièrement. Maintenant, on est surpris de la situation de l’OMPAC; habituellement, quand l’on retire notre financement à un organisme, c’est parce qu’il y a un problème de gestion. Ce n’est vraiment pas le cas ici; voilà un organisme qui est très bien géré et qui a de grands appuis dans la communauté. On a même parlé en bien de l’organisme à d’autres bailleurs de fonds dans les derniers mois pour les aider à trouver d’autres sources de financement », laisse savoir Claude Masse, directeur des allocations pour Centraide.

Monopole

Depuis 1981, l’OMPAC accueille les personnes atteintes de tous types de cancer, peu importe l’étape de la maladie, ainsi que leurs proches. Outre les services d’écoute téléphonique et de soutien, l’organisme propose des ateliers, des activités de formation et des conférences. Voilà que tout se terminera avec la nouvelle année.

« On a cherché longtemps d’autres donneurs possibles, on a parlé avec les politiciens de notre situation, on a frappé à la porte de plusieurs fondations et compagnies, mais, disons-le, Centraide monopolise les dons; on se retrouve donc sans leur subvention et avec l’impossibilité de trouver un autre donneur. »

Le directeur des allocations convient que Centraide est fortement présent et actif dans la métropole. « On fait campagne dans des écoles, des hôpitaux, banques et dans plusieurs autres secteurs de travail. On est présent dans plus de 2000 entreprises de Montréal et c’est ce qui fait la force de Centraide. En même temps, dans certains milieux de travail, il est toujours possible d’appuyer plus d’une cause, vous savez. »

– Pour connaitre l’OMPAC: www.ompac.org.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!