La campagne de dons lancée, fin septembre, par l’ensemble des élus de Rosemont–La Petite-Patrie pour soutenir des familles de réfugiés syriens a déjà dépassé la moitié de l’objectif que s’était fixé les organisateurs, soit recueillir près de 30 000$, d’ici le 31 décembre.

Jusqu’à présent près de 19 000$ ont été collectés au profit de l’organisme Action réfugiés Montréal, qui aide, notamment, au parrainage privé des familles de réfugiés syriens.

De ce montant, quelque 15 000$ ont été amassés par La Maisonnée, un organisme d’aide aux immigrants, basé dans La Petite-Patrie. Un gros coup de pouce a été donné par la caisse Desjardins De Lorimier-Villeray qui a versé 12 500$.

Au total, les 30 000$ visés permettraient d’aider financièrement, pendant une année, trois familles de réfugiés syriens.

Risque d’amalgame?
Au lendemain des attentats de Paris, en France, qui ont fait 129 morts, des pétitions d’opposition, mais aussi de soutien aux réfugiés syriens ont fait leur apparition.

Pour autant, les responsables des deux organismes ne pensent pas que cela puisse avoir une réelle incidence sur la générosité des gens.

«Il ne faut pas confondre islamiste et réfugié. Beaucoup de gens le savent», estime Hameza Othman, responsable de l’accueil et l’intégration à la Maisonnée. Il ajoute que les dons ont continué de rentrer même après le 13 novembre.

C’est ce que l’on constate également sur le site Internet de la campagne où quatre versements ont été réalisés entre les 13 et 19 novembre.

«Tous les jours [de la semaine dernière], nous avons reçu une trentaine d’offres de personnes pour du bénévolat, des appartements, des meubles ou encore des vêtements», note, pour sa part, Paul Clarke, directeur général d’Action Réfugiés Montréal.

Agir vite
Dans Rosemont–La Petite-Patrie, le dossier des réfugiés syriens est toujours sur le haut de la pile.

«On ne peut sous aucun prétexte, se soustraire à notre devoir humanitaire au Québec. J’ose dire que c’est plus important que jamais», soutient Françoise David, députée de Gouin, à l’origine de l’initiative dans l’arrondissement.

Elle ajoute que le débat ouvert au lendemain des attaques en France est «un faux débat».

«Je le comprends. J’ai des amis proches à Paris et j’ai moi-même été très inquiète. Mais je dis qu’il faut faire attention de ne pas céder à la panique. On ne va tout de même pas ériger un mur de Berlin autour du Québec», renchérit-elle.

Quant à savoir si des familles de réfugiés syriens seraient accueillies dans Rosemont–La Petite-Patrie, les réponses manquent pour le moment.

L’arrondissement indique cependant que «les élus sont évidemment aussi très en faveur de l’accueil des réfugiés syriens, par solidarité humaine».

Le maire de Montréal, Denis Coderre, s’est dit «prêt» à les accueillir sans pouvoir préciser le nombre de personnes pour l’instant.

Le Canada a promis d’accueillir 25 000 réfugiés syriens d’ici janvier.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!