Maintes fois anticipé et reporté au fil des ans, le prolongement vers l’est de la ligne bleue du métro semble enfin sur les rails. Québec et Ottawa investiront respectivement 16 M$ pour réaliser le dossier d’affaires du projet.  Le gouvernement provincial investira un montant additionnel de près de 330 M$.

Ce sont les premiers ministres Justin Trudeau et Philippe Couillard qui en ont fait l’annonce, lors d’une conférence de presse conjointe tenue en présence de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, à la bibliothèque de Saint-Léonard.

«On confirme sans l’ombre d’un doute la réalisation du projet», a affirmé M. Couillard.

De nouvelles études
Les montants serviront notamment à lancer la mise à jour des études d’impact environnemental ainsi que les plans et devis. Il y aura également la réalisation d’une nouvelle analyse de la valeur du projet  et une revue indépendante des coûts, des risques et de l’échéancier.

Une fois ce travail terminé,  une analyse des coûts liés à la réalisation du projet et son partage entre les gouvernements sera réalisée.

Les fonds serviront aussi au processus d’acquisition et d’expropriation de l’ensemble des immeubles requis, amorcé la semaine dernière.

 

«La ligne bleue, ça commence maintenant»
André Fortin, ministre provincial des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports

 

Ce n’est pas la première fois que Québec annonce une avancée dans le dossier de la ligne bleue. Déjà, en 2009, Québec avait mis sur pied un bureau de projet qui s’était penché sur la conception d’avant-projet des stations de métro et avait réalisé des études de transport et géo-environnementales. L’Autorité régionale de transport métropolitain a approuvé le dossier d’opportunité en septembre dernier. Ce document a été transmis au gouvernement provincial.

Le prolongement de la ligne bleue comprend l’ajout de cinq stations de métro sur une distance de 5,8 km. Les futures stations de métro  seront situées dans l’axe de la rue Jean-Talon, dans les secteurs des boulevards Pie-IX, Viau, Lacordaire, Langelier et des Galeries d’Anjou.

Le terminus sera situé dans l’arrondissement d’Anjou, près des Galeries d’Anjou. Le projet devra prévoir la construction d’un stationnement incitatif souterrain, la station de métro à proprement dite, d’un espace pour les autobus et d’infrastructures souterraines pour les équipements (voitures du métro).

Dans le secteur, une réserve foncière a été imposée sur les terrains du Toys «R» Us, mais le gouvernement pourrait aussi s’entendre de gré à gré avec le propriétaire du centre commercial. Pendant plusieurs années, l’emplacement anticipé pour la station de métro se trouvait à l’intersection du boulevard des Galeries d’Anjou et de la rue Bélanger.

Les nouvelles études permettront de mieux planifier le plan de match.

Selon l’Autorité régionale de transport métropolitain, les études préliminaires du projet estiment l’achalandage journalier du prolongement à 25 600 usagers. On parle plutôt dorénavant de 17 100 nouveaux usagers sur la ligne bleue.

Plusieurs élus du secteur étaient sur place lors de l’annonce, dont André Fortin, ministre provincial des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports, Filomena Rotiroti, députée de Jeanne-Mance – Viger, et Pablo Rodriguez, député fédéral d’Honoré-Mercier et whip en chef du gouvernement du Canada.

 

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!