Collaboration spéciale La délégation de Bourassa pour cette 51e finale des Jeux du Québec.

Les jeunes sportifs québécois s’activeront pour la 53e Finale des Jeux du Québec dès le 27 juillet prochain à Thetford Mines.

Pas moins de 3700 athlètes et 1000 accompagnateurs seront attendus sur les sites de compétitions, sans compter les 3000 bénévoles qui s’y trouveront également. C’est 19 régions qui tenteront de faire leur marque parmi les 18 disciplines. Ce sera une troisième Finale pour Thetford Mines qui a accueilli les festivités en 1980 et en 2003.

En moyenne, les Finales accueillent près de 135 000 spectateurs. 65 000 personnes ont regardé la Finale d’hiver via la webdiffusion en 2017.

Les compétitions d’été s’étaient déroulées à Montréal en 2016. La Rive-Sud avait terminé en tête du classement de pointage avec 277,5 points.

Les jeunes de Bourassa devront se serrer les coudes

Encore une fois cette année, les sportifs de la région de l’est de Montréal (Anjou, Montréal-Est, Montréal-Nord et Saint-Léonard) feront face à beaucoup d’adversité. « Au niveau de la région, on est l’une des plus petites en nombre et en taille », indique Richard Longpré, chef de mission pour la région de Bourassa, en entrevue téléphonique.

Ce faisant, les objectifs des athlètes sont établis différemment. Les entraîneurs mettent l’accent sur les performances individuelles de chacun. « Nos objectifs sont toujours un petit peu plus restreints. Déjà, de permettre à nos jeunes de vivre cette expérience-là, c’est quelque chose qui est important », indique le chef de mission.

D’emblée, les régions récoltent des points en fonction du nombre d’athlètes qui participent à une discipline. Si les régions peuvent intégrer le maximum d’athlètes prévus pour une compétition, ils engrangent de précieux points. Les autres sont ajoutés en fonction de la performance. « Sur un contingent de dix athlètes, on en a trois, donc on perd des points, on perd des opportunités », ajoute M. Longpré. Bourassa a terminé au 19e rang en 2016 avec une récolte de 59 points.

Rien pour aider à la cause de la région de Bourassa, plusieurs changements ont été apportés, à commencer par le retrait la catégorie cadette. N’ayant plus d’enfants âgés de moins de 12 ans, les fédérations ont donc revu leurs standards d’admissibilité. Toutefois, certains athlètes qui performaient bien au niveau cadet ont pu se tailler une place dans le juvénile.

Certaines disciplines ne compteront pas de représentants de Bourassa dont le triathlon, des compétitions de cyclisme et le volleyball.

Les espoirs

Selon les dires de M. Longpré, plusieurs équipes de Bourassa devront être surveillées de près. C’est entre autres le cas de l’équipe de basketball de deuxième bloc, qui compte en ses rangs Olivier Rioux. Âgé de seulement 12 ans, il mesure 6 pi 11. Il serait déjà dans la mire de Basketball Québec.

Au baseball, les chances seraient également intéressantes, alors que deux joueurs ont participé récemment à la Classique Claude-Raymond, soit le lanceur Mathieu Voros et le receveur Maxime O’Brien. « On a notre équipe de baseball qui devrait être très compétitive cette année. Les entraîneurs sont bien confiants d’avoir un beau groupe », souligne le chef de mission.

À surveiller

Olivier Rioux, basketball,

Maxim O’Brian, baseball

Mathieu Vorosse, baseball

Bourassa en chiffre

101 athlètes

29 entraîneurs

11 missionnaires

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!