Isabelle Bergeron/TC Media Une centaine de résidents vivent au centre d'accueil Dante, une deuxième famille pour plusieurs d'entre eux.

En 1981, naissait le centre d’accueil Dante, un premier foyer d’hébergement dédié aux besoins de la population italienne à la frontière de Saint-Léonard. Plus de trois décennies plus tard, cet établissement unique vibre toujours autant pour la culture italienne.

Au début des années 1980, alors que la communauté italienne se faisait vieillissante, le besoin était criant de prendre soin de celle-ci.

«De nombreux Italiens ne parlaient ni français ni anglais. Il fallait leur offrir le « confort culturel ». Un endroit où ils retrouveraient leur culture, leur langue, leurs traditions, où ils se sentiraient en famille, comme en Italie», indique Rocco Famiglietti, du Centre intégré universitaire de santé et services sociaux de l’est de Montréal.

Des mets italiens, des employés parlant la langue, des célébrations typiques italiennes, tout est mis en place à ce centre d’hébergement et de soins de longue durée pour personnes en perte d’autonomie pour respecter les coutumes de ce pays d’Europe tout en prodiguant les soins nécessaires.

D’ailleurs, l’usage de la langue italienne a été sanctionné par l’Office de la langue française et a donné au centre un statut d’établissement bilingue «français-italien».

«Nous avons créé un milieu de vie. Nous ne voulions pas que ça ressemble à un hôpital, mais que chaque personne s’y sente comme chez soi», explique Maria Crescenzi, conseillère en soins infirmier, présente au centre Dante depuis le premier jour.

Une idée qui a plu à de nombreux résidents et leur entourage. Aujourd’hui, ils sont 100 à y habiter.

«Les gens y sont plus chaleureux, gentils et compréhensifs. Je suis heureuse, car je sais que si quelque chose m’arrivait, mon mari serait bien à Dante», indique Louisa, l’épouse d’un résident.

«Le centre Dante est ma famille adoptive. Je suis ici chez moi», ajoute M. Robert, résident depuis 10 ans.

Après avoir connu une résidence privée, Mme Di Rocco était bien contente de s’établir à ce centre, où ses parents y ont résidé par le passé.

«C’est 100 fois mieux ici. C’est sa culture et sa langue. Ma mère y est plus à l’aise et plus heureuse», précise sa fille, Mara Solari.

Sous des airs typiques italiens, les résidents ont souligné le 35e anniversaire de leur nouvelle maison en dansant et chantant. Car même s’ils sont âgés, les résidents du centre savent toujours comment s’amuser.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!