Photo: Gracieuseté-SPCA Montréal Blessée à la tête et abandonnée, la chienne Lilas a été retrouvée attachée à un arbre dans le parc Angrignon.

La SPCA de Montréal a ouvert une enquête pour retracer la personne qui a abandonné dans le parc Angrignon, le 22 novembre, une chienne blessée à la tête. Elle pourrait purger jusqu’à cinq ans de prison.

Devant la gravité de l’acte, «nous ferions des recommandations pour des accusations criminelles», explique Alanna Devine, directrice de la défense des animaux à la SPCA de Montréal.

C’est un passant qui a découvert mardi vers 10h l’animal attaché à un arbre dans un secteur boisé du parc. Il l’a immédiatement amené à la SPCA.

La chienne, qui a été baptisée «Lilas» par les employés, a été prise en charge par l’équipe de vétérinaires.

Selon l’organisme de défense des animaux, elle souffre d’une blessure à la tête qui s’est infectée.

«On soupçonne que la blessure a été causée avec un objet métallique tranchant», indique Alanna Devine.

Les vétérinaires traitent cette infection. «La chienne va mieux médicalement», souligne Mme Devine, mentionnant qu’elle est soumise à une diète spéciale. «Elle est très maigre.»

Le Code criminel prévoit jusqu’à cinq années d’emprisonnement pour avoir blessé volontairement un animal.

La SPCA a lancé un appel au public jeudi matin pour tenter de retracer le ou la propriétaire de la chienne. «Nous avons déjà de l’information. Il y a des pistes qui, nous croyons, vont nous aider dans notre enquête», signale Mme Devine.

1300 dossiers
La SPCA Montréal reçoit chaque année plus de 10 000 plaintes pour cruauté et négligence. L’organisme a présentement 1300 dossiers actifs.

Plusieurs personnes ont déjà démontré leur intérêt à adopter Lilas. «Mais elle n’est pas encore prête. Il y a du travail à faire quand un animal a vécu un tel traumatisme», souligne Alanna Devine.

Les personnes qui détiennent de l’information relativement à cette affaire peuvent communiquer avec la SPCA au 514 735-2711, poste 2230 ou à inspection@spca.com.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus