(Photo: Gracieuseté) Le restaurant peut accueillir près d'une quarantaine de clients.

Un vent de fraîcheur souffle sur la rue Centre depuis la récente ouverture du restaurant vietnamien Le Petit Sao. Après avoir conquis les résidents de L’Île-des-Sœurs et les clients du marché Atwater dans Saint-Henri, le jeune couple propriétaire, Lise Dang et Jean-Paul Belmont, compte charmer les gens de Pointe-Saint-Charles avec leurs recettes familiales revisitées au goût du jour.

Rouleaux printaniers, soupes pho, bols bun, banh mi et une multitude d’autres mets typiquement vietnamiens sont offerts depuis le 17 mai, au grand plaisir des gens du quartier. «Pendant les travaux, qui ont duré trois mois, les gens semblaient s’impatienter. À l’ouverture, il y avait déjà une file jusqu’à la porte d’entrée», se remémore M. Belmont.

C’est lui qui a complètement imaginé le décor du local laissé à l’abandon. Il a choisi de mettre le rose et le bleu à l’honneur et de faire appel au talent de l’artiste Mateo pour peindre une imposante murale représentant Lise Dang et sa sœur lorsqu’elles étaient petites, sur le mur faisant face à l’entrée.

«Je voulais sortir du look des restaurants asiatiques traditionnels», précise celui qui s’occupe surtout du volet administration du commerce.

L’élaboration du menu est réservée à Mme Dang. «J’ai grandi dans une cuisine, dit-elle. J’aidais ma mère et maintenant, je reprends ses recettes, mais j’ajoute ma touche personnelle». Cette dernière aime particulièrement ajouter des aliments colorés et trouver des alternatives végétariennes aux plats.

Sa mère insiste toutefois pour rouler elle-même les rouleaux impériaux et Nems. «Il n’y a qu’elle qui peut y toucher», rigole-t-elle.

Les deux entrepreneurs prévoient par ailleurs bientôt mettre sur pied un service de traiteur.

Histoires de famille
L’idée de se lancer en restauration germait dans la tête de Lise Dang depuis de nombreuses années. «Ça fait presque 40 ans que ma mère est dans ce domaine. Mes parents ont ouvert deux restaurants en France et ensuite à Brossard, le Sao Sao, qui est encore ouvert aujourd’hui», explique-t-elle.

La jeune femme de 32 ans a décidé de faire le grand saut il y a quatre ans, en ouvrant sa première succursale à L’Île-des-Sœurs. Devant le succès de l’établissement, elle a décidé d’étendre ses activités, cette fois accompagnée de son mari. Le couple n’envisage toutefois pas de se franchiser.

«Je crois que ça enlèverait le côté familial pour lequel on est reconnu. C’est vraiment ce qui définit le Petit Sao», lance celle qui travaille avec son mari, sa mère et sa cousine.

D’ailleurs, la famille s’agrandira bientôt puisque le couple attend son premier enfant.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!