Gracieuseté. Les parents et écoliers profitent depuis 10 ans d'un potager qu'ils ont aménagé.

Les efforts de parents des élèves de l’école Saint-Barthélemy ont porté ses fruits: le jardin comestible qui était menacé par les pelles mécaniques sera sauvé.

En effet, le petit espace vert entretenu par les enfants et leurs parents, et ce depuis une dizaine d’années, risquait d’être fortement modifié à la suite de rénovations prévues par la Commission scolaire de Montréal (CSDM) dans la cour d’école.

Une pétition qui a recueilli plus de 1600 signatures publiée en avril dernier réclamait la préservation des lieux situés dans Rosemont – La Petite-Patrie dans leur état actuel.

Selon une analyse des sols commandée et publiée en mai par la CSDM, la présence d’hydrocarbures pétroliers dans une partie du terrain pourrait rendre les fruits et légumes récoltés impropres à la consommation.

La Direction régionale de santé publique (DRSP) qui a mené une expertise sur le terrain à la demande de la commission scolaire propose dans son rapport une réhabilitation des sols.

«C’est avec joie que, dès la fin des travaux de réfection de la cour, nous reprendrons nos activités de jardinage avec les enfants, les parents et les professeurs de notre école», insiste le Comité cour verte de l’école Saint-Barthélemy.

À la suite de multiples démarches du Comité cour verte et conformément à une résolution adoptée au Conseil des commissaires de la CSDM, un comité de suivi du dossier avait été mis sur pieds.

«Il a donc été convenu lors du comité de suivi que cette réhabilitation des sols aura lieu dans la foulée des travaux qui seront effectués cet été dans la cour de l’école, informe par voie de communiqué le Comité cour verte. Comme vous le savez, ce jardin est un élément essentiel de notre école. Il joue un rôle pédagogique et académique important dans le cadre du programme international. Il a vu le jour grâce à la volonté des enseignants et des parents de l’école et a requis des centaines d’heures de bénévolat.»

Les parents avaient précédemment rejeté l’offre de la CSDM de créer un jardin dans des bacs. «Ce n’est pas une solution qui est pratique, parce qu’il faudrait arroser les plants tous les jours et cela rendrait le jardinage moins accessible pour les enfants», avait alors souligné Lydia Côté, mère et membre du Comité cour verte.

Au moment d’écrire ces lignes, TC Media n’avait pu contacter la CSDM.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!