Emmanuel Delacour/TC Media Il est permis aux cyclistes de circuler sur le trottoir du côté est de l'avenue Christophe-Colomb.

Les piétons devront cohabiter avec les cyclistes sur les trottoirs qui s’étendent sous les viaducs de Montréal pour encore un certain moment, la Ville ne comptant pas changer la situation avant la fin de cet été.

La mesure avait été adoptée par l’administration Coderre en 2014, à la suite du décès de la cycliste Mathilde Blais, happée mortellement par un camionneur sous le viaduc de la rue Saint-Denis, entre les arrondissements de Rosemont – La Petite-Patrie et du Plateau-Mont-Royal.

«Afin de favoriser une utilisation sécuritaire des transports actifs, la Ville s’était donné comme objectif prioritaire de sécuriser les passages inférieurs jugés problématiques ou inconfortables pour les cyclistes, explique Marilyne Laroche-Corbeil, relationniste aux services des communications de la Ville de Montréal. Une série de mesures de sécurité a ainsi été implantée, dont l’autorisation pour les cyclistes d’utiliser le trottoir pour traverser les passages inférieurs lorsqu’il n’était pas possible d’aménager une voie cyclable sur la chaussée.»

Cette permission de circuler sur les trottoirs crée des frictions entre les usagers, notamment sous le viaduc de l’avenue Christophe-Colomb, où plusieurs utilisateurs du vélo choisissent d’emprunter la même voie que les piétons, malgré l’installation d’une piste cyclable à cet endroit.

«Dans le cas du passage inférieur de Christophe-Colomb, la circulation est autorisée sur le trottoir en direction nord, même s’il y a une piste cyclable de l’autre côté de la chaussée, puisque cette dernière oblige les cyclistes qui vont vers le nord à continuer dans le parc Des Carrières. Afin d’assurer la sécurité des cyclistes qui souhaitent continuer vers le nord sur Christophe-Colomb, la circulation est donc autorisée sur le trottoir, sous le viaduc uniquement», poursuit Mme Laroche-Corbeil.

Selon les communications du comité exécutif de la Ville de Montréal, les mesures resteront en place durant cette saison estivale, mais elles pourraient changer advenant de prochaines annonces de la part de l’administration de Valérie Plante en matière de sécurité routière.

Durant la dernière campagne électorale, la formation politique de la mairesse s’était engagée à «agir immédiatement sur toutes les rues et intersections accidentogènes» dans le cadre de son interprétation de la Vison zéro.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!